Architecture du futur : laisser tomber le béton ?

- Modifié le 03/11/2021 NJB

logo-article
pixabay image béton

Le béton-ciment est responsable d’une part significative d’émission de CO2. Pour donner une échelle de comparaison, si la production mondiale de béton-ciment était celle d’un pays, il se classerait au 3ème rang en matière d’émissions de gaz à effet de serre derrière la Chine et les Etats-Unis (France 24, le 19/10/21) .  “La seule production de ciment, ingrédient clé du béton, génère 7% des émissions mondiales de dioxyde de carbone (CO2), selon la GCCA [Association mondiale du ciment et du béton] – trois fois plus que le transport aérien”. (La Croix, le 19/10/21).

Dès lors, la question des alternatives se posent.

Certains, comme l’architecte Philippe Madec, prônent l’utilisation d’autres matériaux : la terre, les matériaux bio-sourcés, géo-sourcés, le bois, la pierre, toutes les fibres.

Une autre piste est avancée : l’usage d’un ciment plus « vert » comme le ciment recyclé. A cet égard, l’Association mondiale du ciment et du béton (GCCA) s’engage à réduire ses émissions de gaz à effet de serre (Le Figaro, le 12/10/21). L’objectif initialement prévu est la neutralité carbone en 2050. Mais ce groupement des industries du béton annonce réduire les émissions de 25% supplémentaires d’ici 2030 (Ouest-France, le 19/10/21)

Des livres de nos collections pour aller plus loin :

picture   picture   picture      

   picture   picture   picture 

  picture  picture  picture

 picture   picture  picture

 

Partager cet article

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *