Anxiolytiques, somnifères à la hausse

- par Sabine Bachut

L’ANSM et l’Assurance maladie publie un nouveau bilan EPI-PHARE sur l’usage des médicaments de ville en France : cette troisième étude fait le point sur les données de dispensation des médicaments remboursables pendant les 8 semaines de confinement et la première semaine post-confinement (semaine 20).

On constate un bond des troubles psychologiques observé mi-mars lors de la première semaine de confinement. Dans le détail, la dépression était passée brutalement à 19,9% (contre environ 10% habituellement) avant de diminuer à la fin du confinement. Les troubles anxieux avait bondi de 15% habituellement à 26,7% tandis que les troubles du sommeil s’étaient maintenus à un niveau plus élevé que d’ordinaire et ce durant toute la durée du confinement et également après. La prévalence de ces troubles s’était par la suite stabilisée, tout en restant plus élevée qu’attendue.

A lire :

Partager cet article

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *