Humour

Humour : La nouvelle génération de comiques est arrivée !

- temps de lecture approximatif de 4 minutes 4 min - Modifié le 09/09/2016 par le département Arts Vivants à la médiathèque de Vaise

Et ils disposent de moyens aussi divers que variés pour percer dans le milieu. Au début des années 80, les jeunes talents se faisaient connaître à la radio ou dans le petit théâtre de Bouvard (les inconnus, Mimi Mathy, Smain…) ; au début des années 90, ils sont tous passés par l'émission « la classe » sur FR3 (Bigard, Lagaf', Palmade, Parking, Laroque…) ou sur Canal + (Les Nuls, José Garcia, Les guignols…).

Depuis le début du XXIème siècle, la génération en herbe rivalise de moyens différents pour se faire connaitre. Bien entendu, la télévision demeure toujours le moyen le plus prisé pour établir une notoriété médiatique. En effet, le nombre de comiques de qualité ayant débuté à la télévision est considérable : Jamel Debouze, Les Robins des Bois, Omar et Fred, Kad et Olivier, Florence Foresti… La petite lucarne est même devenue tellement étroite pour ces artistes que le cinéma leur fait les yeux doux. D’ailleurs, Jamel Debouze, Tomer Sisley et Kad Merad sont devenus aujourd’hui des acteurs « bankable ». Ce dernier a notamment reçu le césar du meilleur second rôle pour le film « Je vais bien ne t’en fait pas » et a participé aux plus grands succès du cinéma français de ces dernières années : Les Choristes, Bienvenue chez les Ch’tis , Safari ou encore Le petit Nicolas…

Mais bon nombre d’entre eux, se font connaitre de manière plus classique, en s’inscrivant au cours Florent, en s’essayant dans des petites salles, participant à des galas, des concours, des radios-crochet… et parfois, il est possible de trouver des bonnes surprises ; le comique qui a une qualité d’écriture certaine ; qui fait mouche à chaque fois ; qui a de la répartie ; qui donne au public l’envie de se déplacer ; qui parvient à instaurer une complicité avec son public… Denis Maréchal en fait partie. Ses personnages merveilleusement croqués nous rappellent souvent des vieilles connaissances et nous ramènent à des expériences vécues. Qui n’a pas connu une Ruth hystérique ou un Geoffrey complètement halluciné. Ses sketchs remplis de jeux de mots, calembours, situations cocasses font de Denis Maréchal le troubadour de la nouvelle génération.

Voir un extrait :

 

D’autres ont réussi à se faire connaître en créant le buzz sur internet par exemple. On peut citer Max Boublil et son tube parodique « tu vas prendre » qui a lui a permis par la suite de monter sur scène. Jérôme Commandeur a fait mieux car il a construit sa réputation sur les planches, mais ses sketchs font un tabac sur les sites de vidéos de partage en ligne. Le sketch sur Facebook ou sur l’i-phone reflète parfaitement l’humour de ce personnage. Une critique acerbe de la vie quotidienne, tout en finesse et en légèreté, qui nous rappelle nos sales manies du quotidien.

Voir un extrait :

 

La nouvelle génération d’humoristes rivalise même sur le terrain des comiques américains tels que Jerry Seinfeld : le stand up. Cette nouvelle forme qui consiste un peu à raconter sa vie d’une manière tellement décousue que le public a l’impression que rien n’est écrit à l’avance ; alors que les textes sont calibrés. Jamel Debouze en est un des précurseurs en France. Il a permis de faire découvrir Tomer Sisley ainsi qu’une multitude de jeunes talents représentant cette France métissée et pluriethnique. En effet, on y retrouve en tête d’affiche Thomas Njigol ou Fabrice Eboué. Mais arrivent dans leur sillage d’autres jeunes performers comme pêle mêle Dedo, Yassine, Frederic Chau, Amel Chahbi ou Claudia. Nous retrouvons souvent les mêmes thèmes, à savoir le racisme, l’intégration, la banlieue, le bled… mais c’est souvent très perspicace ; les vannes fusent ; et on devient rapidement accroc à cette nouvelle forme d’humour.

On terminera ce tour d’horizon en parlant de la capitale française des découvreurs de talents, à savoir Lyon. Cette ville pullule de cafés-théâtres et de salle de spectacles dans lesquels bon nombre de nos comiques sont déjà passés. Dans L’express n° 3048 du 3 décembre 2009, (Supplément Lyon), on apprend que la ville met un point d’honneur à faire découvrir les nouveaux artistes. Et si les scènes lyonnaises sont si prisées, c’est que les artistes en herbes ne paient pas pour en disposer mais qu’ils partagent plutôt la recette avec les organisateurs. Astucieux, non ?! On peut également citer les salles-tremplins tel que l’Espace Gerson situé au coeur de la ville, qui vont permettre aux comédiens de « tester » leur spectacle avant de se produire dans des salles plus grandes. A ne pas louper !! L’incroyable Sellig (lyonnais d’origine et de coeur) s’y produira le 31 décembre 2009.

Les comédiens d’hier nous ont enchanté, ceux d’aujourd’hui nous ravissent et vu le besoin de rire de nos concitoyens, ce n’est pas près de s’arrêter !!!

Partager cet article

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *