AMC 3/3 =Archive of Modern Conflict

Tout près, presque contre

Adam Broomberg et Oliver Chanarin, Divine violence/Holy Bible

- temps de lecture approximatif de 7 minutes 7 min - Modifié le 14/09/2021 par Dalli

Dantesques!: violences pléthoriques et inouïes, l’enfer, ses ombres, l’indolence …Ici pas uniquement livresques et fictionnels. AMC (Archive of Modern Conflict) protège et partage des images photographiques essentiellement liées aux conflits. Ces kêrygmes (actes) artistiques font bruire l’intensité des témoignages et des critiques. Ils alimentent une installation : "Divine violence" et un livre d’artiste : "Holy Bible" de feu, le brillant duo : Adam Broomberg et Oliver Chanarin.

© Adam Broomberg et Oliver Chanarin, Holy Bible

L’histoire, souvent guerrière, confrontée à la Bible acterait nos contradictions et entérinerait la CATASTROPHE comme concept constructif, héritage collectif et sa perpétuation…

Par moi on va vers la cité dolente
           Par moi on va vers l’éternelle souffrance
   Par moi on va chez les âmes errantes

                                                                        Dante Alighieri, L’Enfer chant III (extrait)               

Il y aurait de la Divine comédie dans la Divine Violence

En 2013, à Pompidou, une installation éponyme boxe les esprits.

57 planches, chacune liée à un chapitre biblique en anglais sur plus de 700 pages fauchent les regards, les met k.o.

Des photos prélevées in Archive of Modern Conflict mêlées à d’autres sont ferrées à des versets, des mots choisis, soulignés en rouge, un fil d’Ariane à priori sans Minautore.

« darkness »                         « money »

Les nuages de mots se répètent : « blood », « murmuring » , …« Il s’est avéré que » au fil des images indicibles. Celles-ci attaquent sévèrement l’œil et la sensibilité. Parfois c’est plus doux néanmoins incongru : la magie s’en mêle, les corps aussi. Des intermèdes circassiens tempèrent un peu le charivari de la violence.

Cet assemblage se prolonge et se pérennise dans le livre d’artiste : Holy Bible, publié en 2013 et plébiscité (Paris Photo/Aperture Foundation Award). Celui-ci joue de l’hypertextualité, propose  ekphrasis et palimpseste , multiplie les images iconiques. Il s’agit bien d’une véritable « Historia », une Bible (texte et son support).

Le Raban Maur (vers 820) affirme que c’est « par son étude (celle de la Bible) que l’homme s’initie aux vertus essentielles de la sagesse du monde ».

Le modèle : King James (du Roi Jacques en anglais, 1611), standard,  « Version autorisée » produit d’une volonté à la fois politique et religieuse à l’hyperbole relevée.  Son expressivité, sa poésie  auraient influencé Shakespeare (Richard III), Martin Luther King et d’autres.

« I have a dream« , « I have a dream » ,                      « I have a dream »

« I have a dream« ,                          « I have a dream« , « I have a dream »

Holy Bible souscrit à l’espace alternatif du livre d’artiste. Selon Kate Linker   « plus qu’un médium au service des idées esthétiques, l’art du livre a été un instrument politique ou un moyen de réagir contre une série de défauts du système en place ».

 

Avènement du Pic Speech artistique 

Si Aristote relève la puissance des images pour manifester une pensée, exercer une critique voire délivrer de la vérité, Adam Broomberg  et Oliver Chanarin s’inquiètent de l’impuissance sinon de la vanité de l’art face à la violence du monde. La déstabilisation qu’ils conceptualisent, leur posture artistique caustique mettent en tension l’art contemporain pour tenir en vigilance, alerter.

© Adam Broomberg et Oliver Chanarin, Holy Bible

Alors qu’André Gunthert octroie à la photographie « un effet de présence », « à l’instar de toutes autre archive, elle propose un état définitivement figé du passé-un arrêt du temps plutôt qu’un transfert de réalité » les deux artistes  actionnent l’art, « l’œil du monde »

Comme Didi Huberman  ils pensent que Les images sont des actes (théorie de l’acte d’image). « Fabriquer une image c’est agir sur la réalité et construire une idée« 

Adam Broomberg se remémore une lecture rituelle : «J’ai grandi en lisant ce texte tous les jours, pendant une heure, dans une école juive très religieuse d’Afrique du Sud».

Oliver Chanarin adjoint la Bible à l’histoire de la photographie « Etrangement, la photographie s’est intéressée exactement aux mêmes choses que la Bible : la vie humaine, la mort, la guerre, la faim, la richesse…»

Si tous deux portent un  intérêt commun à la question du pouvoir dans leurs oeuvres, ils mettent ici en exergue la brutalité du texte biblique, celle de notre histoire passée et en cours rappelant que les archives ne sont « pas innocentes », les « technologies de l’image pas neutres », le tout pas forcément juste et indolore !

 » l’objectivité de la photographie est un mythe moderne fait de fantasmes, de désirs et de compulsion et constitue en réalité une illusion trouvant sa source dans la dualité originelle de la psychologie humaine déchirée entre la raison et des croyances opaques qui résistent à nos raisonnements «  Joel Snyder

 

Selon le principe de nûn

de Deleuze, l’ instant privilégié s’opposant aux instants quelconques…

L’INSTANT de la réactivation d’un « livre dormant, presque mort ». Adam Broomberg découvre l’écrit « Divine violence » du philosophe Adi Ophir. Le texte devient l’addenda de l’œuvre .

Celui-ci flèche la CATASTROPHE « comme instrument de gouvernance dans la pensée judéo-chrétienne : violence, sanction, autorité émanant de Dieu, où l’Etat moderne serait une prolongation de cette domination via une divine violence. »

Pour Adi Ophir « Les Etats tentent d’imiter Dieu en récoltant les bénéfices de désastres, même quand ils disent ne pas en être la cause, parce qu’un désastre permet de déclarer un état d’urgence et donc de justifier l’autorité totale de l’Etat. » 

JIM CASPER pense aussi que « les structures de pouvoir au sein de la Bible sont en corrélation avec celles des systèmes de gouvernance modernes »

«Si Brecht était vivant, il traquerait Internet»

L’INSTANT où, avec Oliver Chanarin,  ils découvrent tous deux, la Bible de Bertolt Brecht (lors d’une visite de la maison des archives de l’auteur à Berlin en 2011). Dramaturge et poète berlinois élevé dans un milieu protestant, celui-ci annote sa Bible et colle sur la couverture une image de voiture de course. Dans cet entre-deux guerres friand de photomontages, d’appropriations Bertolt Brecht décrypte les images de presse.

 « La graine du livre d’artiste est plantée » !

  Déjà Brecht avec  ABC de la guerre, en 1955 associait photos de presse de la seconde guerre mondiale et poésies en quatrain. Celui-ci va servir  au livre d’artiste War Primer 2.  de Broomberg et Chanarin. Ils y glissent des photos, glanées sur Internet, de la «War on Terror» de George W. Bush. L’oeuvre n’est pas sans lien avec Holy Bible, la précède, l’introduit presque 

© Adam Broomberg et Oliver Chanarin, War primer 2

Idiosyncrasie

Si Holy Bible fait acte de mémo visuel, de concentré d’heures sombres à méditer,  d’images « faux-amis »; elle suppose une accommodation au disparate,  intègre un effet de distorsion mais aussi ce que Didi Huberman qualifie d’incorporation dans l’Image survivante dont il décrit le potentiel anthropologique.

Du texte lu au texte vu, la Bible d’artiste se prête au sortes apostolorum,  au jeu verbal, à des déviations scripturaires multiples (réitérations d’un usage ancien). Cette bousculade artistique questionne les codes, les codex, suppose tenir « sa bible » tel un journal de bord,  la faire sentinelle, sienne, irrévérencieuse pour certain-e-s…

Avec son idée du « Lachez tout « ,  « salir » le sujet, le dégrader, instaurer une irrévérence systémique et ordinaire  Paul Ardenne   tend à définir une esthétique contemporaine. Il évoque l' »accoutumance à l’irrévérence devenue de mise dans l’univers occidental » .

Pour Astrid Rostaing il s’agit d’expérimenter « des formes de rupture, de mise à distance avec ce qui précède« . L’irrévérence opère telle une révolte envers la société; elle démystifie. L’irrévérence apparait comme forme esthétique, une manière contemporaine d’expression mais surtout, un moyen de faire avancer l’art…

Holy Bible est consultable sur rendez-vous

Synapses :

the end

AMC 1/3    Le vernaculaire rafraichit sans diluer

AMC 2/3   Détonateurs d’images /Ordinaire en gloire

« Ils reviendront, ces dieux que tu pleures toujours !/ Le temps va ramener l’ordre des anciens jours/ la terre a tressailli d’un souffle prophétique… »Gérard de  Nerval, les filles du feu

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *