Les réformes du Collège se suivent et se ressemblent

De Najat Vallaud-Belkacem à Jean-Michel Blanquer, un détricotage superficiel de la réforme.

- Modifié le 18/01/2018 par Entshukdigubg

A peine mise en oeuvre, la réforme du collège est contestée par la nouvelle équipe gouvernementale et de nombreux points de cette réforme invalidés. 2017, a vu une épreuve de science entrée dans l’élaboration du brevet et la suppression de l’épreuve histoire des arts. En 2018, certaines mesures envisagées par la réforme de Najat Vallaud-Belkacem sont réécrites par le nouveau gouvernement.

Professeur, Enseignant
Professeur, Enseignant wikimédia@pixabay

Le point emblématique de la réforme du collège, les enseignements pratiques interdisciplinaires,  a été considérablement assoupli de même que l’accompagnement personnalisé. Le décret paru le 18 juin au Journal officiel, modifiant la réforme, précisent les nouvelles mesures sur cet aspect. En effet, la liste imposée d’EPI (8 thèmes précédemment) disparaît, tout comme le nombre minimum à faire chaque année (2 précédemment) et leur mise en place dépend désormais du bon vouloir du conseil d’administration. Pour les équipes éducatives, ils sont donc un moment important de créativité et pour les élèves un moyen de comprendre la richesse de l’interdisciplinarité. Décriés par certains, les EPI représentaient une contrainte et une organisation soutenue de la part des enseignants.  L’autonomie des établissements voulue par le ministre devrait rassurer les professeurs. Une décision que déplore Jean-Michel Zakhartchouk, enseignant et rédacteur de la revue Les Cahiers pédagogiques :   » Sous prétexte d’autonomie, on donne aux établissements la liberté d’un « détricotage » de ce qui a été mis en place. Je trouve dommage de ne pas laisser le temps à ces dispositifs de se déployer alors même que de véritables dynamiques s’étaient enclenchées dans un certain nombre d’établissements avec des projets interdisciplinaires de qualité, valorisant l’entraide et la coopération entre élèves. « 

Désormais, les enseignements Epi ou l’accompagnement personnalisé doivent représenter 3 heures en 6ème et 4 heures dans les autres classes.

Autre disposition est largement revisitée par l’arrêté ministériel : les fameuses options, appelées auparavant « enseignements de complément » et rebaptisées ici « enseignements facultatifs ». La réforme les avaient limitées à une par collège, l’arrêté rend possible leur cumul. Autrement dit, il réintroduit les classes bilangues et européennes ainsi que l’option latin/grec dans sa version pré-réforme (deux heures dès la 5e). De même, à partir de la 5ème,  les élèves pourront désormais suivre jusqu’à deux heures de langue et de culture régionale.

 

réformes du collège

Classes ken19991210 @ Pixabay

Les innovations de l’ Ecole de la confiance

D’ après le ministre, l’assouplissement de la réforme du collège permis par l’arrêté modificatif du 16 juin 2017 contribue à bâtir l ‘ École de la confiance. Quelques nouveautés concourent à mieux soutenir les élèves :

  • Le dispositif devoirs faits :

« Devoirs faits » est un temps dédié, en dehors des heures de classe, à l’accomplissement par l’élève des devoirs demandées par ses professeurs. Il a lieu dans l’établissement sur des horaires appropriés, qui ne sont pas obligatoirement en fin de journée. L’objectif est de faire bénéficier les collégiens d’une aide appropriée au sein du collège afin de rentrer chez eux « Devoirs faits ». Bien entendu, la coopération entre élèves durant ce laps de temps consacrés aux devoirs est vivement encouragée. Les directeurs de collège font appel aux enseignants volontaires et aux services civiques pour les encadrer. Pour les élèves, cette activité  facultative est basée sur le volontariat. “J’aurais préféré que ce soit obligatoire pour tous. Car ce ne sont pas forcément ceux qui en ont besoin qui viendront. Et ceux qui en auraient besoin n’ont qu’une hâte : quitter l’établissement”, indique un chef d’établissement dans La Voix du Nord.

  • les stages de réussite :

Il s’agit de stages gratuits pour des élèves volontaires qui rencontrent des difficultés scolaires. Ils sont encadrés par des professeurs. Ces stages sont d’une durée de 15 heures. Ils existent depuis 2008 mais devant le nombre décroissant d’élèves participants à ces ateliers, le ministre relance le processus.

 

Clker-Free-Vector-Images @ Pixabay

La réforme du brevet : 2017 ou 2018 ? 

Plaignons les enseignants qui n’ont pas eu le temps de s’adapter à la réforme de 2017. 2018 apporte son lot de nouveautés. Le brevet 2017 avait été très critiqué, car nombre d’élèves avaient atteint la moyenne de 350 points avant même d’avoir passé les épreuves écrites. La session 2017 donnait plus de place au contrôle continu qu’aux épreuves finales passées en juin (respectivement 400 et 300 points), le brevet de la session 2018 vise à l’équilibre entre les deux modes d’évaluation (400 points chacun). Selon le Monde, « la deuxième modification réside dans la répartition des points. Le poids du français et des mathématiques est renforcé, avec des épreuves désormais notées sur 100 points chacune, alors que celle d’histoire-géographie – enseignement moral et civique et celle portant sur les sciences et vie de la Terre, physique-chimie et technologie seront notées sur 50 points. L’épreuve orale, notée sur 100 points, est maintenue. Mais, alors qu’elle portait sur des enseignements interdisciplinaires en 2017, elle pourra aussi porter sur l’enseignement d’histoire des arts en 2018, comme c’était le cas précédemment pour permettre d’évaluer la qualité de l’expression orale. »

La nouvelle réforme laisse plus de place à l’autonomie des établissements et des enseignants. De même, le choix est laissé aux élèves dans les épreuves orales. Apprendre doit rester un plaisir et les élèves doivent trouver un intérêt dans leur préparation aux examens. Il s’agit d’évaluer leurs connaissances mais également de leur laisser le choix d’apprendre suivant leurs centres d’intérêt et de s’ adapter à chaque apprenant.

Ce flot incessant de réformes le scepticisme et le découragement des enseignants qui demandent plus de reconnaissances.

Lire aussi :

Vers une énième réforme du brevet en 2018 .-Le Monde.fr

Collège : un nouveau brevet sera en vigueur en 2018 .- Le Monde.fr

Académie de Lyon

Café pédagogique

Réformer le collège.-François Dubet .-PUF (La Vie des idées)

Guide de survie pour les parents spécial nouveaux programmes 2016 : collège.- Nathan

Un collège pour faire réussir tous les élèves.- Xavier Robinet.-Chronique sociale

Epi : quels enjeux ?.- Evelyne Barratier.- Canopé

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Tags

:

Partager cet article

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *