Pédiculose

- temps de lecture approximatif de 3 minutes 3 min - Modifié le 21/06/2017 par Cécile CXR

Si la rentrée scolaire rime avec fin des vacances, elle peut rimer avec retour du risque de pédiculose dans notre quotidien.

Pediculus humanus capitis / Cop. Gilles San Martin on Flickr, licence CC
Pediculus humanus capitis / Cop. Gilles San Martin on Flickr, licence CC

La pédiculose définit l’infestation d’une personne par des poux

A la rentrée scolaire, les poux de tête occupent le devant de la scène mais savez-vous qu’il existe trois types de poux responsables de trois pédiculoses différentes ?

  • la pédiculose de la tête due à Pediculus humanus capitis peut concerner absolument tout le monde sans lien avec l’hygiène de vie de chacun.
    La transmission est interhumaine directe, c’est-à-dire par contact direct des têtes, en particulier chez les enfants d’âge scolaire. Plus rarement, il peut s’agir d’une contamination interhumaine indirecte par les bonnets, les peignes ou les brosses. Le symptôme le plus courant est la démangeaison du cuir chevelu.

    Dans les pays occidentaux, les poux de tête touchent essentiellement les enfants d’âge scolaire entre 3 et 8 ans. On estime que 300 millions de personnes dans le monde seraient concernées par la pédiculose de la tête.

 

  • la pédiculose corporelle due à Pediculus humanus corporis est surtout rencontrée chez des personnes en situation de grande précarité. Elle est beaucoup plus rare que la pédiculose de la tête. Elle se manifeste par des démangeaisons associées à des lésions de grattage prédominant dans le dos et sur la racine des membres. Ces lésions peuvent se surinfecter. En outre, contrairement au pou de tête, le pou de corps peut transmettre des maladies infectieuses qui peuvent être graves, comme le typhus par exemple.

 

  • la phtiriase due à Phtirius inguinalis, encore appelé pou de pubis, ou plus communément « morpion » est considérée comme une infection sexuellement transmissible malgré le port d’un préservatif. Elle se manifeste par des démangeaisons du pubis associées à des lésions de grattage qui peuvent se surinfecter et donner des ganglions de l’aine ou « adénopathies inguinales ». La mise en évidence des poux situés à l’orifice du poil permet d’apporter la certitude diagnostique. Ils sont moins mobiles que les poux de tête ou les poux de corps. Ils peuvent également se localiser sur les poils corporels ainsi que sur les cils. Ils ne transmettent pas d’autres maladies.

Quels traitements ?

Les 3 types de pédiculoses se traitent en faisant appel aux 2 mêmes familles d’insecticides qui s’attaquent au système nerveux des poux : les organophosphorés dont le malathion est le chef de file, et les dérivés des pyréthrines. Les dérivés des pyréthrines ont été très largement utilisés ces dernières décennies en raison de leur grande efficacité, de leur moindre toxicité et de leur meilleure maniabilité que le malathion.

Le respect strict des consignes d’utilisation du produit (souvent 2 applications espacées de 7 à 10 jours environ) est indispensable à une bonne efficacité du traitement.

En complément, il est recommandé d’adopter des mesures complémentaires d’hygiène indispensables

En cas de poux de tête, lavez les taies d’oreiller ainsi que les bonnets, écharpes, et autres vêtements en contact avec le cuir chevelu ou le cou, en machine à une température supérieure à 50 °C.
Les objets qui ne peuvent être lavés à cette température, tels que les peignes ou les brosses, peuvent être trempés dans une solution insecticide pendant 5 à 10 minutes. Attendez ensuite 3 jours avant de les réutiliser.

Autre alternative mécanique pour se débarrasser des poux de tête : le peignage régulier des cheveux humides à l’aide d’un peigne fin afin d’enlever les poux (ou bug-busting).

Peigne fin

Bug-buster /The Community Hygience Concern,  Licence CC

La société française de dermatologie rapporte que 2 essais ayant comparé cette technique aux produits insecticides traditionnels ont abouti à des résultats contradictoires. Dans l’un, le bug-busting fait mieux que l’insecticide, dans l’autre, il fait moins bien. Il s’agit donc d’une technique qui reste controversée.

En cas de poux de corps ou de pubis, lavez les vêtements et le linge de lit à l’eau chaude (température supérieure à 50 °C). Pensez aussi à passer l’aspirateur sur les matelas. Les poils du pubis peuvent également être rasés.

Pour en savoir plus :

 

Partager cet article

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *