LE MOT DU MOIS SANTÉ

Inflammasomes, une piste thérapeutique pour l’inflammation chronique

- temps de lecture approximatif de 2 minutes 2 min - par Sabine Cap'Culture Santé

La découverte d'une structure moléculaire particulière commune à plusieurs pathologies entraînant des inflammations et des douleurs chroniques ouvre l'espoir sur des pistes thérapeutiques permettant de d'atténuer les symptômes.

image inflammation
image inflammation

Une partie de votre corps est gonflée, chaude et douloureuse ? Vous avez certainement une infection.

Votre organisme réagit par une inflammation des zones atteintes. Cette réaction douloureuse n’est pas seulement limitée aux infections, elle se produit aussi quand un tissu est endommagé (crise cardiaque par exemple).  Quand une infection s’installe et n’est pas bien soignée, les médecins emploient le terme d’inflammation stérile. Cette dernière peut permettre à des maladies sans aucun rapport avec l’infection comme Alzheimer, le diabète… de se développer.

Une inflammation prolongée et ses conséquences sont connues depuis longtemps.

Cependant, des recherches portant sur les origines des infections montrent que l’inflammation n’est pas automatique : elle se produit seulement après un assemblage actif de structures moléculaires. Les cellules impliquées dans l’inflammation construisent rapidement des structures qu’on appelle inflammasomes, puis les désassemblent très vite, dans les 24 h qui suivent l’infection. Ce démantèlement rapide est nécessaire pour éviter de causer des lésions plus importantes que l’infection elle-même. L’inflammation est une réaction nécessaire pour l’organisme, elle aide à chasser  les agents pathogènes et évite leur propagation dans l’organisme.

Jurg Tschopp et ses collègues de l’université de Lausanne montrent que des perturbations du cycle d’assemblage et désassemblage des inflammasomes ont tendance à alimenter les inflammations en cours.

Actuellement, les antalgiques et anti-inflammatoires bloquent l’activité de certaines protéines qui attisent le feu de l’inflammation. Les recherches en cours suggèrent d’intervenir directement avec des médicaments sur l’assemblage ou le désassemblage selon les nécessités. Cela limiterait le risque de lésion et sur-inflammation.

Cette découverte du fonctionnement de l’inflammation est révolutionnaire car elle remet en cause la conception même de l’approche des maladies humaines.

En effet, plutôt qu’un classement par organes concernés (reins, foie…), il faudrait penser en terme de machinerie cellulaire impliquée. Jusqu’à présent les chercher ont détecté 7 processus cellulaires liés aux inflammasomes et d’autres devraient suivre. Des tests sont en cours pour la goutte et la même formule pourrait être utilisée pour des patients souffrant de problèmes cardiaques.

Pour les experts intéressés par le sujet, voici une publication de l’Inserm sur le fonctionnement détaillé des inflammasomes.

Pour les non initiés, voici ci-dessous 2 vidéos pour mieux comprendre l’inflammation et la réaction du système immunitaire.

 

Partager cet article

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *