LE MOT DU MOIS SANTÉ

Hygge ou l’art de vivre danois

- temps de lecture approximatif de 5 minutes 5 min - Modifié le 02/05/2017 par Sabine Cap'Culture Santé

Dîner avec des amis, boire un chocolat chaud enroulé dans un plaid moelleux, regarder des séries alors qu'il pleut, tout ces petits moments de bien-être et de confiance portent un nouveau nom made in Danemark : le hygge ( « hugueu »à haute voix avec l'accent danois). Une « philosophie de vie » plutôt sympathique et efficace, puisque le Danemark est, depuis plusieurs années, en tête des pays les plus heureux du monde ! Le bonheur se cacherait-il dans son petit intérieur douillet ?

hygge
hygge

« Hi-gue ? Ygeu ? Hugé?

Votre façon de prononcer, et même d’écrire « Hygge » n’a pas la moindre importance.

Pour paraphraser l’un des plus grands philosophes de notre temps, Winnie l’ourson, quand on lui demande comment épeler une émotion : « ça ne s’épèle pas, ça se vit. » »

Meik Wiking

La conception du hygge est issue, en partie, des longs mois d’hiver, où la nuit tombe à 15h, et on l’on reste chez soi en famille ou avec des amis au chaud. Meik Wiking, auteur du Livre du hygge et directeur de l’Institut de recherche sur le bonheur à Copenhage, raconte l’étymologie de « hygge » : « Le mot date du début du XIXe siècle, lorsque le Danemark et la Norvège ne formaient qu’un seul pays ; il dérive d’un terme norvégien qui signifie “bien-être” ».

Cette imprononçable expression danoise caractérise les moments ou les symboles qui évoquent une atmosphère chaleureuse : des bougies allumées, se faire des câlins sur le canapé, rire avec ses amis devant un bon feu de cheminée… Le hygge est un terme que l’on pourrait traduire par cocooning en France. Il reflète le fait d’être bien chez soi. Nombre d’ouvrages invitent d’ailleurs à se plonger dans cette ambiance danoise et à reproduire cet état d’esprit. Comme beaucoup de de livres de développement personnel, les auteurs partent du principe qu’être bien dans son intérieur permet d’être bien sur son extérieur et dans sa tête.

Au Danemark, le hygge est un véritable rituel. D’ailleurs, le gouvernement danois communique même dessus auprès des touristes mais aussi des habitants. Derrière ce concept bienveillant – être bien chez soi dans son petit espace délimité et clôt, en famille ou avec des amis proches – peut aussi se refléter une partie des angoisses liées à la peur de l’étranger, à l’inconnu et aux changements. Chacun reste chez soi dans son merveilleux confort en se coupant des réalités extérieures. Une dérive aussi dénoncée par Meik Wiking, qui met lui-même en garde contre «le côté obscur du hygge». Difficile pour l’étranger de pénétrer les cercles intimes des Danois car, écrit-il, «les nouveaux venus ne sont pas vraiment les bienvenus». Plus il y a d’inconnus, moins l’ambiance est donc «hyggeligt», si vous voyez où on veut en venir. Un journal note d’ailleurs qu’associer le hygge à l’identité danoise lui vaut d’être parfois récupéré par des politiciens xénophobes. Certains Danois élevés dans les règles de l’art sont eux-mêmes réfractaires à cet angélisme forcené : car le hygge peut aussi évoquer dans les rapports humains l’absence de conflit et la réconciliation à tout prix.

Photo issue du projet «Coffee for Oppenheim».

Photo issue du projet «Coffee for Oppenheim». Du site http://www.putput.dk/journal

Cependant, ce concept a  aussi et heureusement de bons côtés que Malene Rydahl, dans son livre « Heureux comme un danois« , développe  :

« Un de mes mots préférés en danois est le « hygge ». C’est un concept assez difficile à expliquer, car l’équivalent ne se trouve pas vraiment dans les langues étrangères. C’est, dans son essence, quelque chose d’intime et de chaleureux. Ce mot est utilisé par les danois dans beaucoup de situations, et, toujours dans un sens positif. « Hygge » désigne des situations où l’on se retrouve avec sa famille ou ses amis proches pour dîner ou partager quelques bières dans une ambiance chaleureuse avec des bougies. Le mois de décembre est le mois le plus « hyggelig » chez nous : tout le pays est illuminé par des millions de bougies et les gens se réunissent pour boire du vin chaud et écouter des chansons de Nöel. C’est assez féérique. Les bougies font d’ailleurs toujours partie des moments de « hygge ».

Le terme « hygge » a une telle importance dans notre culture qu’il y a même un chercheur en anthropologie sociale de l’université de Southern Denmark, nommé Jeppe Trolle Linnet, qui s’est spécialisé dans l’étude de ce phénomène uniquement. Il explique que le « hygge », c’est quelque chose que tous les danois partagent ensemble, une sorte d’expression de notre unité. Toutefois, selon son milieu social, son contexte peut varier, mais où que l’on soit, il inclut le plus souvent à manger et à boire. L’universitaire a aussi fait une observation peut-être étonnante pour un non-Danois : l’esprit n’est pas ressenti comme « hygge » par les danois si l’environnement ou l’ambiance sont trop luxueux. On retrouve là des valeurs que l’on a déjà évoquées, à savoir une certaine modestie et une réserve vis-à-vis du luxe et de l’ostentation. Le « hygge » doit être simple et accessible à tous.

Enfin, l’auteur ajoute que le « hygge » c’est aussi : « être ensemble, et pas juste dans le cercle privé d’amis ou de famille. C’est une question de société beaucoup plus vaste. Le sentiment d’appartenance à une grande maison où s’exprime le « hygge » se retrouve dans l’amour des Danois pour leur pays, ses symboles, ses valeurs. Par exemple, les danois ont une grande affection pour leur drapeau « Dannebro ». Il est quasiment de toutes les fêtes comme les anniversaires, Nöel, et autres célébrations. »

Bref, le « hygge » irrigue toute la société danoise dans tous les domaines et Malene Rydahl le décline en 10 chapitres les « clés » de cette mentalité : « Je ne crains pas mon prochain », « j’ai une place dans la société », « je suis libre de trouver mon chemin », « je peux devenir qui je veux », « j’ai des rêves réalistes », « je vais mieux si tu vas bien », « je veux plein de moments de « hygge » », « j’ai besoin de quoi de plus ? », « je ne me prends pas pour un être supérieur », « je me sens libre de choisir mon rôle » ; à découvrir en intégralité dans son livre.

Pour terminer, voici quelques moments ou objets très « hygge » d’après le magazine le Monde :

  • Les bougies
  • Un canapé plein de coussins
  • Un mug avec du thé fumant
  • Un cake maison
  • Une blanquette de veau
  • Un plaid
  • Un album photo
  • Le crépitement d’un feu de cheminée
  • Un vaisselier de famille en bois
  • Faire des confitures
  • Jouer aux Lego
  • Les peaux de mouton
  • Noël

A vous de d’être hyggelig dans votre hyggekrog (coin douillet et hygge) avec un hyggebukser (pantalong confortable) ! Résultat de recherche d'images pour "smiley danois"

 

 

LivreLivre

 

Partager cet article

Poster un commentaire

One thought on “Hygge ou l’art de vivre danois”

  1. O.Alloyan dit :

    Un bel article sur une notion évocatrice !

    Merci Sabine pour cette invitation au bien-être.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *