Dysgueusie

- temps de lecture approximatif de 1 minutes 1 min - Modifié le 21/06/2017 par Cécile CXR

Alors que s’achève la semaine du goût, ayons une pensée pour les personnes atteintes de dysgueusie…

Langue, Humain
Langue, Humain

Parmi les troubles du goût, on parle d’agueusie (en cas de perte totale du goût), d’hypogueusie (en cas de perte partielle) et de dysgueusie lorsqu’il y a erreur dans la perception objective des sensations gustatives (sucré, salé, amer, acide). Il peut s’agir soit de la perception erronée d’une saveur présente ou d’une perception d’un goût en l’absence de stimulation.

 

Les causes peuvent être multiples : tabagisme, diabète, atteinte neurologique, malnutrition, perturbations métaboliques, traitement de chimiothérapie ou de radiothérapie ou encore d’une mauvaise hygiène buccale.

Le diagnostic est posé par un interrogatoire, parfois corrélé par des examens cliniques appelés électrogustométrie ou gustrométrie chimique

On arrive, dans un certain nombre de cas, à traiter un trouble du goût.

S’il est lié à une maladie on traite celle-ci ; s’il est dû à la prise d’un médicament, le médecin peut remplacer celui-ci. Si les troubles du goût sont associés à une mycose, un traitement antifongique peut être mis en place après prélèvement, etc…

Mais certains troubles du goût peuvent être incurables. Des lésions de la langue ou de certains territoires linguaux peuvent par exemple engendrer des dysgueusies permanentes par atteinte des nerfs périphériques.

 

A lire également :

Une histoire du goût, question traitée par le Guichet du Savoir

La langue, le goût et la parole, Doctissimo

Les troubles du goût [pdf], Biodenth

 

 

Partager cet article

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *