Cinétose

- temps de lecture approximatif de 4 minutes 4 min - par Cécile CXR

Lors d’un voyage en voiture, avion ou bateau vous ressentez des nausées, des vertiges, vous devenez pale et avez des sueurs froides ? Vous êtes sujet à la cinétose…

Enfant souffrant du mal des transports en voiture
Enfant souffrant du mal des transports en voiture cop. Djedjura/istockphoto.com

La cinétose est le nom scientifique qui désigne le mal des transports. Cette affection est due au contraste entre nos perceptions visuelles et sensorielles.

Une personne sur trois y est confrontée au moins une fois dans sa vie.

Une réponse inadaptée du cerveau à des informations contradictoires

Le mal des transports est dû à une réponse inadaptée du cerveau, liée à une opposition entre les informations fournies par les yeux et celles données par le vestibule (organe de l’équilibre situé dans l’oreille interne).

C’est le bateau qui provoque le plus souvent cette affection (« mal de mer« ), devant l’avion (« mal de l’air »), la voiture, le car et le train. Dans tous les cas, le mal des transports est d’autant plus fréquent que le mouvement du véhicule est important (virages successifs en voiture, turbulences aériennes, vagues etc.)

Notre organisme est truffé de capteurs sensoriels qui renseignent le cerveau sur nos mouvements et notre position dans l’espace. Ces récepteurs sont notamment présents au niveau de la plante des pieds et des différents muscles du squelette. La vision transmet des informations sur ce qui nous entoure et sur nos membres. L‘oreille intervient aussi puisque sa partie interne, le vestibule, est le siège de l’équilibre.

Rôle du vestibule, organe de l’équilibre situé dans l’oreille interne

Schéma de l'oreille externe, moyenne et interne

Original image by Dan Pickard, french traduction by B. Guillot

Le vestibule est formé de trois canaux semi-circulaires disposés dans les trois directions de l’espace.

Chacun donne une information sur le déplacement du corps : si on avance, si on recule ou si on descend. L’intérieur de ces canaux est tapissé de cils sensitifs et remplis de liquide renfermant des cristaux. Si on se déplace vers l’avant par exemple, le liquide bouge et entraîne les cristaux dans le sens contraire. Ce déplacement stimule les cils qui informent le cerveau : il en conclut alors que notre corps se déplace.

Lorsqu’il a du mal à s’équilibrer à cause des mouvements du véhicule, il y a nausée

Dans un trajet en voiture sur une route sinueuse, vos yeux perçoivent le mouvement (ils voient les virages dans lesquels la voiture s’engage) tandis que le vestibule enregistre une impression contraire à celle communiquée par la vue (ex. : en voiture, il estime que le corps ne bouge pas). De ce fait, il ne peut pas donner au cerveau des informations exactes sur la position du corps. Cela empêche l’organisme de s’adapter au mouvement, comme il le fait d’habitude lors d’un déplacement.

Le centre nerveux du cerveau réagit alors en déclenchant un réflexe mécanique de défense destiné à vider l’estomac : nausées et vomissements.

Très désagréable, cette affection est le plus souvent sans gravité.

Certaines activités causent des symptômes proches du mal des transports

Il existe d’autres situations provoquant un contraste entre les différentes données transmises au cerveau, par exemple :

  • la pratique de jeux vidéo mettant en scène des courses de voitures ;
  • le visionnage de films en 3D et/ou les casques de réalité augmentée
    Les casques de réalité virtuelle peuvent causer des nausées
  • le retour à terre après un voyage en bateau, qui avait habitué le corps au mouvement des vagues (on parle alors d’un « mal de terre« , qui peut durer plusieurs jours).

Comment éviter le mal des transports ?

Avant le déplacement

  • Dormez correctement : « un bon sommeil c’est un vestibule moins sensible »
  • Ne partez pas à jeun : la faim peut augmenter les symptômes du mal des transports. Manger légèrement en évitant le gras.

Pendant le trajet

  • Si possible, choisissez un siège ou une cabine au milieu du bateau ou de l’avion, car c’est là que vous aurez le moins de mouvements
  • Posez votre regard sur l’horizon, à l’extérieur du véhicule ;
  • Maintenez votre tête fixe pour limiter la sensation de mouvement (avec un petit coussin ou avec l’appui-tête s’il y en a un)
  • Relaxez-vous en respirant calmement et profondément, ou en écoutant de la musique ;
  • Eviter d’avoir trop chaud, ou trop froid.

Etre calé dans un siège auto peut limiter la cinétose

Dans tous les cas, évitez de :

  • Lire ou jouer à des jeux sur écran, ce qui favorise le mal des transports ;
  • Fumer, boire de l’alcool, manger des aliments gras ou épicés et/ou prendre un repas abondant, un peu avant ou pendant le trajet.

Si ces mesures sont insuffisantes, prenez un médicament contre le mal des transports, en demandant conseil à votre pharmacien.

L’info insolite pour finir

L’homme n’est pas le seul à souffrir du mal des transports.
Chat, chien, cheval, vache souffrent aussi de « cinétose », mais également, et ce qui est plus comique, le poisson, qui dans un aquarium placé sur un bateau, peut souffrir du mal de mer !

Poisson rouge dans un bocal

Nos sources :

Partager cet article

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *