À redécouvrir

Bill Evans : You must believe in Spring

- temps de lecture approximatif de 1 minutes 1 min - Modifié le 20/12/2019 par Eric

Souvent les albums posthumes proviennent de fonds de tiroir. Mais celui-ci, édité un an après la mort du pianiste, est proche du chef d’œuvre.

Bill-Evans
Bill-Evans

En 1977 et afin d’honorer un nouveau contrat avec le label Warner, Bill Evans entre en studio d’enregistrement. Il est accompagné par le bassiste Eddie Gomez, avec lequel il collabore  depuis 11 ans, pour ce qui sera leur dernière session. Puisque le bassiste quitte le groupe peu après. A la batterie le jeune Eliot Zigmund. Comme a l’accoutumée le pianiste américain aborde son instrument avec délicatesse et sensibilité. Mais il semble, ici habité d’une grâce particulière. You must believe in spring est connu comme l’album du suicide. Certains pensent ainsi que le choix des titres et des dédicaces évoquerait cette thématique. Il est vrai que jamais le jeu de Bill Evans et de ses musiciens n’aura été aussi intense et subtil, faisant de You must believe in spring un parfait rainy day album. La mélancolie traverse le disque de la première à la dernière note. Et si le titre évoque le printemps on est plus clairement dans une ambiance automnale. Du pur Evans, lyrique, méditatif et poignant de bout en bout.

Voir dans le catalogue

Partager cet article

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *