A redécouvrir

Steal away : Spirituals, hymns and folk songs / Charlie HADEN & Hank JONES

- Modifié le 26/12/2018 par Département Musique

Deux jazzmen, deux générations pour un somptueux duo piano contrebasse

Steal away - Charlie HADEN & Hank JONES
Steal away - Charlie HADEN & Hank JONES

En 1995 parait « Steal away », un album de reprises de gospels et folksongs. C’est le fruit d’une collaboration entre deux grands jazzmen. Tout d’abord Charlie Haden contrebassiste et jazzman militant. Tout au long de sa carrière il collabore avec les plus grands artistes des années 60’ et 70’, multipliant les albums de rencontres, de dialogues, avec d’autres musiciens ou d’autres genres musicaux. A ses côtés Hank Jones, pianiste qui débute à l’époque de la naissance du be bop, (il accompagne Charlie Parker), mais qui est porteur de toute l’influence des grands maîtres du piano jazz des années 30, comme Art Tatum, Fats Waller… Jones est avant tout un session-man réputé et sa carrière de soliste ne commençe que très tardivement.

C’est en écoutant le pianiste interpréter des gospels lors d’un récital dans un musée que Charlie Haden a l’idée de collaborer avec son aîné. Celui-ci, fin connaisseur de la culture populaire américaine, apporte dans sa valise un répertoire riche et varié.

Deux carrières, deux styles, deux générations. De cette rencontre magique va naître un album méditatif, dépouillé, profond, qui transcende ce répertoire populaire, en portant l’art de la collaboration à ses sommets. Hank Jones joue avec élégance, délicatesse et à ses côtés Charlie Haden, tout de retenue et d’attente, soutient les mélodies. Un moment de pur bonheur. Ainsi qu’un hommage à leur enfance, puisque cet album est l’occasion d’interpréter les chansons qu’ils chantaient tous deux à l’église et à l’école, dont une chanson française de la Renaissance (« L’amour de Moy »).

Le résultat est spectaculairement simple et limpide, d’une simplicité qui est l’apanage des grands instrumentistes et des  personnalités spirituellement avancées.

Seize ans plus tard, les deux musiciens se retrouveront pour donner une suite à « Steal Away ». L’album s’intitule Come Sunday, et il est tout autant porté par la grâce. Mais ce sera le dernier du pianiste, puisque Hank Jones décède trois mois après l’enregistrement.

 

Voir au catalogue

Partager cet article

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *