A redécouvrir

Nick Garrie / The nightmare of J.B. Stanislas

- par Département Musique

L'album enregistré en 1969 n'a pas trouvé son public. D'autant que son public potentiel n'a pas trouvé non plus son disque : il n'est pas sorti (officiellement). Quelques copies circuleront quand même, assez pour acquérir une micro-statut de pépite cachée.

Nick Garrie
Nick Garrie

… Jusqu’en 2005, grâce à une réédition bienvenue, qui permettra à ce discret chef d’oeuvre pop une re-mise en lumière (tamisée) et une réhabilitation fragile mais qu’on espère durable. Et c’est pourquoi j’en remets une couche, 13 ans plus tard, et presque 50 ans après sa création.

La voix du russo-écossais caressera vos oreilles fatiguées de subir leur dose quotidienne d’autotune. Enregistré à Paris en 1969 par un Nick Garrie âgé de 20 ans, « The nightmare of J.B. Stanislas » regorge de refrains pop mélancoliques, d’arrangements en feuille d’or, comme on savait le faire à l’ère de la sunshine pop, de la flower pop et de la pop symphonique. Après quelques écoutes, il prend facilement place rétroactivement aux côtés des Donovan, Bert Jansch, et pourquoi pas Mamas & Papas ou encore Beatles (vous connaissez ?)

(excusez l’improbable clip réalisé à l’occasion de la réédition de 2012 pour le label espagnol Elefant)

 

Voir au catalogue

 

Partager cet article

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *