Melodium « La tête qui flotte » (2005)

- par Luke Warm

Melodium, un artisan discret mais prolifique de la musique...

Melodium "La tête qui flotte"
Melodium "La tête qui flotte"

Le cinquième album de Melodium publié en 2005 chez Autres Directions In Music, défunt webzine et netlabel nantais (qui sortait jusque-là ses productions en mp3 gratuits et sous licence Creative Common), succédait à ceux parus chez les anglais de Static Caravan, les italiens de Disasters By Choice, les français de Active Suspension et les américains d’Audio Dregs. Une sorte de tour du monde des labels underground.

Souvent qualifiée de folktronica ou d’electronica acoustique, la musique de Laurent Girard fait se cotoyer instruments (guitare à tendance folk, piano, melodica, violon, flûte, guimbarde, claviers, balafon, xylophone… ) joués ou samplés puis retravaillés sur des nappes électroniques rappelant Boards of Canada ou les artistes du label Morr music . Mêlant mélancolie et abstraction, harmonie et bidouillage, la musique de Melodium n’en oublie pour autant pas l’humour que ce soit à travers le choix des titres (Les psychotropes sont mes amis, puis mes ennemis…, Se rayer provisoirement de la liste des vivants,…) ou à travers ses références au tennisman Gustavo Kuerten (Emptykuerten : « [il] me donne l’impression d’avoir la tête creuse quand il gambade comme une chèvre sur le court central de Roland Garros ») ou à Craig David.

Cet album, plus organique, plus pop, plus mélodique et plus ouvert sur l’extérieur (les collaborations sont nombreuses notamment avec la participation au chant de son ami Dudley sur deux morceaux) atteint l’objectif fixé : « jouer des choses justes et simples ».

Cette ligne de conduite, Melodium la garde encore aujourd’hui malgré ses 29 albums et l’anonymat persistant dans lequel il continue de naviguer.

Partager cet article

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *