L’orgue sensoriel : la musique pour tous

- par département musique

L’orgue sensoriel, un instrument innovant adapté à toutes les formes de handicap...

Wd-HxE-Ub_dpg34egra3CYXXXL4j3HpexhjNOf_P3Yk0akuWpfSgRKGuWkdmtpe-
Wd-HxE-Ub_dpg34egra3CYXXXL4j3HpexhjNOf_P3Yk0akuWpfSgRKGuWkdmtpe-

L’histoire de cet orgue commence en 2002 lorsque Fabrice Fourcade, éducateur spécialisé, demande à son frère Mickaël, facteur d’orgues, de donner de petits concerts pour des résidents en situation de handicap. Face à l’enthousiasme de son public, le musicien décide de concevoir un instrument de musique original adapté à leur capacité gestuelle afin de leur permettre de passer du statut d’auditeur à celui d’interprète. L’idée étant de traduire en musique tout signe d’expression gestuelle, qu’il s’agisse d’une flexion de doigt, d’un appui du menton, d’une rotation du pied, d’un souffle etc…C’est ainsi que naît l’orgue sensoriel.

En 2004, Mickaël Fourcade crée également, en collaboration avec un comité de spécialistes (ergothérapeutes, psychomotriciens, éducateurs spécialisés) l’association « Son & Handicap » dont le but est de promouvoir cet instrument grâce à des séances de découverte. L’association participe également régulièrement à des animations en centres spécialisés ou en écoles de musique et coordonne la fabrication de nouveaux instruments permettant l’accès de la musique à tous.

 

Fonctionnement

L’orgue sensoriel se compose d’un ordinateur, d’un logiciel, et de contacteurs (ou capteurs).

 

les différents capteurs

 

Les capteurs :

il existe deux types de capteurs conçus pour s’adapter de façon optimale aux capacités d’expression gestuelle de chaque personne : les déclencheurs et les variateurs.

  • Les déclencheurs fonctionnent comme des interrupteurs et se déclinent en plusieurs modèles : touches colorées, rondes ou carrées, déclencheur à air pour une utilisation en soufflant ou en pressant une poire, déclencheur languette caoutchouc avec bras articulé pour utilisation à la tête, tapis de sol colorés, déclencheur de proximité sans contact (laser ou capacitif), déclencheur mouvement de paupière, petit clavier…

 

 

  • Les variateurs qui fonctionnent en variant l’amplitude des gestes et permettent de contrôler la hauteur des sons et des notes de musique. Comme pour les déclencheurs, différents modèles existent : variateur de distance sans contact, variateur de pression d’air (utilisation au souffle ou en pressant une poire), variateur curseur (utilisation en déplaçant un curseur), variateur rouleau, variateur pédale à bascule…

 

 

Les différentes formes de capteurs, permettent de s’adapter à la motricité de chacun, certains modèles pouvant même être manipulés par les pieds, et placés par exemple sur le cale-pied d’un fauteuil roulant. Il est également possible de connecter plusieurs capteurs en même temps (jusqu’à 7) permettant ainsi de jouer en groupe.

 

Le logiciel :

le logiciel Stido a été développé pour l’orgue sensoriel par Vincent Rioux, et il permet d’associer chaque capteur à une action musicale. Les différents paramètres, sont mémorisables sous forme de sessions, permettant une adaptation maximale de l’outil à chaque individu.

 

Autres utilisations et extensions matérielles

L’orgue sensoriel ne cesse d’évoluer pour s’adapter aux profils des utilisateurs et aux différents projets formulés par les établissements.

Il peut aussi, comme dans l’église Notre-Dame de Plaisance du Gers être implanté de façon permanente à un orgue traditionnel. L’implantation de cette technologie, à l’intérieur de l’instrument, libère totalement la console des claviers de l’orgue permettant alors de combiner le jeu de l’organiste aux claviers avec celui de la personne en situation de handicap à la console de l’orgue sensoriel. La possibilité de changer de clavier et de varier les registrations donne à l’interprète handicapé les mêmes latitudes expressives qu’un organiste valide. Les possibilités d’interprétation sont donc illimitées et s’adaptent aux particularités motrices et aux envies de chacun.

Pour en savoir plus

Partager cet article

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *