A redécouvrir

Blue sky mining / Midnight Oil

- par département musique

C’est en février 1990, 3 ans après l’excellent « Diesel And Dust», que Midnight Oil sort « Blue Sky Mining », une sortie très attendue au vu de l’immense succès qu’avait rencontré le précédent album.

midnight_oil-blue_sky_mining_a
midnight_oil-blue_sky_mining_a

Le groupe  reprend pour celui-ci une large part des éléments qui avaient fait la réussite du précédent : un son très personnel, une rythmique implacable, des mélodies accrocheuses, des guitares tranchantes, et bien sûr la voix caractéristique du charismatique Peter Garrett. Les paroles sont toujours aussi engagées, et la dimension  écologique et politique des textes est toujours présente, mais le climat général est différent, le ton est plus triste, presque mélancolique.

Musicalement, c’est encore une fois une réalisation de très belle qualité. Le premier extrait, « Blue Sky Mine » est un morceau qui débute par une superbe introduction dans laquelle les instruments se superposent les uns à la suite des autres : la guitare, les claviers, l’harmonica puis la batterie, arrive enfin la voix enivrante de Peter Garrett, faisant de ce morceau sans doute l’un des meilleurs de cet album. Certains des titres sont étonnamment mélodieux à l’instar de « Shakers And Movers » ou « Antartica» et les ballades sont très nombreuses, beaucoup plus que sur les albums précédents. La tonalité générale est également bien plus pop qu’à l’accoutumée, à tel point que le groupe se voit surnommé à cette époque-là de « U2 des antipodes ! »

Pour ce qui est des textes, Midnight Oil reprend dans cet album tous les thèmes qui lui sont chers : la dualité de l’existence et l’espérance d’un monde meilleur d’un point de vue économique, mais aussi politique et écologique.

Dans « One Country »  Peter Garrett fait l’éloge d’une lutte à mener dans l’optique de permettre l’émergence de ce monde meilleur dans lequel tous les hommes pourraient se rassembler et créer un pays unique. « Mountains Of Burma » est un texte à la fois antimilitariste et condamnant les enjeux de l’économie mondialiste tandis que « River Runs Red » est un véritable hymne à la cause écologiste et que « Bedlam Bridge » met l’accent sur les inégalités sociales et les différences de conditions de vie au sein des villes. Dans « Blue Sky Mine » c’est l’exploitation dans le travail ainsi que les contraintes et les maux que cela engendre qui sont dénoncés.

Près de 30 ans après sa sortie, les sujets abordés sont -malheureusement- toujours autant d’actualité faisant de « Blue Sky Mining » un album à découvrir ou à redécouvrir tant pour les amateurs de rock, que pour ceux sensibles aux idéaux du groupe!

Voir dans le catalogue

Partager cet article

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *