Chasseurs d'images

L’église collégiale de Saint-Symphorien-sur-Coise

Photographe : Boursier, Jean-Pierre

- par Documentation régionale

Situé entre la vallée du Rhône et la vallée de la Loire, Saint-Symphorien-sur-Coise, dont l'origine remonte au Moyen-Âge, fût un carrefour à la fois stratégique, administratif et économique.

Eglise collégiale de Saint-Symphorien-sur-Coise
Eglise collégiale de Saint-Symphorien-sur-Coise

Au Xe siècle, le site appartient au comté du Forez. Un château fort est construit sur le promontoire rocheux qui surplombe la vallée de l’Orzon.

En 1173, un traité modifie les limites du Forez et du Lyonnais. Les comtes de Lyon, chanoines de la cathédrale Saint-Jean, se rendent maîtres d’une grande partie de la seigneurie de Saint-Symphorien.
Ils démolissent le château fort et édifient à la place une église romane. Deux lignes de remparts successives sont construites, qui font de Saint-Symphorien au début du XIVe siècle, l’une des villes les mieux fortifiées du Lyonnais. Les industries du drap et de la tannerie s’y installent.

En 1332, le roi établit à Saint-Symphorien le siège d’une châtellenie royale. Saint-Symphorien s’appelle alors Saint-Symphorien-le-Château.

Au début du XVe siècle, le Cardinal Pierre Girard fait bâtir une grande église gothique remplaçant la romane devenue trop petite. Il se réserve le droit de s’y faire enterrer.

Le XVIe siècle est marqué par le ralentissement économique de Saint-Symphorien, affaiblie notamment par les guerres de religion. La ville est prise d’assaut par les protestants du baron des Adrets. L’église est pillée et le tombeau du cardinal Girard violé. En 1628, près de la moitié de la population meurt suite à une épidémie de peste.
Sous la Révolution, Saint-Symphorien-le-Château devient « Chausse-Armée » en raison de ses nombreuses fabriques de galoches et de brodequins qui alimentaient les armées de la République. En 1891, une délibération municipale arrête le nom actuel de Saint-Symphorien-sur-Coise.

Au XIXe siècle, tanneries, fabriques de chaussures, salaisons, fabriques de meubles connaissent une grande expansion, entraînant l’essor industriel de la commune. Quelques modifications urbaines interviennent avec le percement de l’enceinte pour aménager des voies de circulation et l’établissement, hors les murs, de nouveaux quartiers.

Aujourd’hui, Saint-Symphorien-sur-Coise est une commune très dynamique, économiquement et culturellement. C’est la capitale du saucisson, et son église collégiale est classée monument historique. De nombreuses autres curiosités sont à découvrir dans ce beau village des Monts du Lyonnais. Et avec le printemps arrivé, cela donne de belles idées de balades dans notre contrée…

Partager cet article

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *