Que sont les critiques littéraires devenus ?

Booktubeur, un métier d’avenir

- Modifié le 01/08/2018 par AB

« Il pense à la fille qui lui a rappelé sa condition de vieux exerçant un métier de vieux sur un support de vieux »

 

En janvier 2018 sortait BettieBook de Frédéric Ciriez. Il met en scène Stéphane Sorge, un « critique papier et TV » d’une quarantaine d’années, employé par les magazines littéraires les plus (re) connus. Il gravite dans le petit milieu cultivé parisien comme un poisson dans l’eau, participe à des prix littéraires comme juré et fréquente les salons du livre. Bettie est une jeune booktubeuse en vogue de 20 ans dont les vidéos, postées sous le pseudonyme de BettieBook, connaissent un succès grandissant. Un des magazines littéraires qui emploie régulièrement Stéphane lui commande, à son grand dam, un reportage sur la jeune femme. Deux mondes, deux milieux sociaux, deux conceptions de la littérature et de la critique qui entrent en collision : la rencontre sera explosive à tous points de vue.

Véritable instantané sur la critique littéraire d’aujourd’hui et le devenir de la presse écrite, de plus en plus délaissée en particulier par les plus jeunes qui se tournent plus volontiers vers d’autres médias, ce livre est révélateur d’un certain malaise, dans une période où tout un chacun donne son avis dans tous les domaines. Il n’y a pas d’école ou de formation de critique littéraire et la profession n’est pas sanctifiée par un diplôme. Généralement ce sont des journalistes ou des écrivains qui s’y collent, comme Patrick Besson, Frédéric Beigbeder, Philippe Lançon… Il est loin le temps de Jean-Patrick Manchette, et Bernard Pivot ne ponctue plus la semaine avec l’incontournable Apostrophes.

Néanmoins, on voit bien que le public reste demandeur de médiation : l’émission littéraire la Grande Librairie avec François Busnel a enregistré sa meilleure saison en dix ans et des records d’audience.

Alors le futur de la critique est-il ailleurs ?

 

√ Booktube, ça vient d’où ?

Booktube est une contraction du mot book (livre en anglais) et de YouTube (site Internet participatif d’hébergement de vidéos). L’apparition des booktubeurs en France date de 2012, quand les blogs littéraires ont commencé à perdre en popularité auprès des jeunes connectés. Parallèlement, aux États-Unis ou au Mexique, on assistait à une explosion des chaînes YouTube sur les livres et la lecture et le phénomène s’est naturellement exporté vers l’Hexagone.

 

Booktube, c’est quoi ?

Littéralement : quelqu’un qui parle de livres devant une caméra. Ces vidéos, souvent très travaillées, sont la plupart du temps tournées avec une bibliothèque comme décor d’arrière-plan, mettant en valeur les livres préférés de ces nouveaux critiques. Ils soignent le look, le ton, le montage. Avant tout, c’est leur enthousiasme communicatif qui plaît et parle aux jeunes. Comme dans toute communauté et pour renforcer le sentiment d’appartenance, il y a des codes à connaître.

 

√ Booktube, un vocabulaire bien à part

Liste non exhaustive :

PAL (Pile à Lire) : la base. Chaque booktubeur qui se respecte en a une, forcément inépuisable. Il s’agit des livres de sa bibliothèque qu’il n’a pas encore lus.

Book haul (le « butin de livres ») : où l’on présente tous les livres que l’on a récupérés récemment, par exemple achetés dans un salon ou un festival.

Update lecture ou point lecture : bilan de lecture. Il peut être mensuel, trimestriel, annuel,…

Challenge (défi) : lire tout Harry Potter en une semaine par exemple.

Swap (échange) : colis d’échange de livres entre booktubeurs, le plus souvent thématiques.

Unboxing : quand le booktubeur déballe en direct un colis qu’il vient de recevoir et fait part de ses premières impressions.

Wishlist (liste de souhaits) : littéralement la liste au père Noël du booktubeur, celle des livres qui lui font envie.

 

√ Booktube, pourquoi ça marche ?

Principalement car le booktube promeut avant tout une lecture-plaisir et s’affranchit de la prescription classique. La force du booktubeur vient du fait qu’il s’adresse à ses pairs : des lecteurs, en général de son âge, qui partagent ses goûts littéraires et ses centres d’intérêt. La relation est horizontale, d’égal à égal, contrairement aux conseils prodigués par un professeur, un parent ou un bibliothécaire.

Le booktubeur crée autour de lui une communauté qu’il fédère à l’aide de rendez-vous collectifs : week-ends de lecture, rencontres IRL, dédicaces… et de plus en plus, les festivals et salons les intègrent dans leur programmation, ce qui facilite encore les contacts. Avec le déclin de la télévision auprès des jeunes, ce média les attire d’autant plus. L’émotion et l’affect sont très présents dans les vidéos : le booktubeur livre avant tout ses impressions de lecture. Il ne cherche pas vraiment à faire une analyse en profondeur, une critique circonstanciée des livres présentés.

 

√ Booktubeurs, qui sont-ils ?

En écrasante majorité : des filles. Des jeunes adultes le plus souvent, passionnées de lecture, enthousiastes, avec une prédilection pour la littérature young adult et pour l’imaginaire. Les romans « sociétaux » pour jeunes adultes remportent également leurs suffrages. Ou des romans grand public. On l’aura compris : des choses qui plaisent aux jeunes avant tout.

Certains se démarquent toutefois avec des vidéos remettant les classiques sur le devant de la scène, en leur redonnant en quelque sorte une deuxième chance, comme Lemon June et son récent Un été pour (re)découvrir Zola, ça vous tente ?

Petit aparté tant que nous sommes sur les classiques, soulignons qu’un des premiers et des plus fameux booktubeur n’était pas si jeune : Jean Rochefort déjà nous régalait sur YouTube de ses reprises des classiques de la littérature sous le nom du boloss des Belles Lettres.

Quant au Mock,«la chaîne YouTube qui potache ses classiques », tenue par deux jeunes enseignants, Redek et Pierrot, elle compte plus de 40 000 abonnés et fait le bonheur des élèves et de leurs professeurs.

Dans un autre style, pointons le libraire et chroniqueur littéraire Gérard Collard qui s’est fait remarquer récemment par ses prises de bec avec Pierre Jourde. Chantre de la « la culture décontractée », il professe un mépris de la littérature dite élitiste et relaie ses positions de façon véhémente sur Facebook en portant aux nues la littérature populaire.

 

√ Mais revenons aux booktubeurs, ou plutôt aux booktubeuses, avec une petite revue

Les stars : elles ont de 50 à 70 000 abonnés pour Nine Gorman, la booktubeuse historique. Ancienne libraire, auteure en herbe ou simplement passionnée, elles sont de plus en plus médiatisées et invitées à intervenir dans les manifestations littéraires.

Nine Gorman – Les lectures de NiNe

Margaud Liseuse

Bulledop

Audrey – Le Souffle des Mots

 

Les outsiders : leur nombre d’abonnés a beau rester nettement inférieur, elles sont néanmoins bien implantées dans le paysage booktube.

FairyNeverland

Lili Bouquine

Lemon June

Moody Take a book

 

√ Booktube, et après ?

Force est de constater que booktube est une voie royale non seulement pour écrire, mais aussi pour être édité (et pas auto-édité !). Rapide tour d’horizon de parutions récentes écrites par des booktubeurs :

Le pacte d’Emma par Nine Gorman

Mon bullet avec Bulledop par Emilie Coissard

Le souffle de Midas par Alison Germain (alias Lili Bouquine)

Classiques ! par Redek et Pierrot (du Mock)

Impressionnant non ? Soulignons néanmoins que des milliers de vues sur YouTube et même sur Wattpad ne garantissent pas des achats de ces livres. Mais ils bénéficient néanmoins d’une promotion bien supérieure à la plupart des livres. En librairie et en dédicaces, les jeunes se ruent sur ces ouvrages écrits par les jeunes dont ils suivent les vidéos.

Et les booktubeurs ne se limitent pas à écrire, on les entend aussi sur les sujets de société : Bulledop a pris position dans le débat récent #PayeTonAuteur, après être intervenue en table ronde à Livre Paris (sur la toute nouvelle scène Young Adult). On a pu également assister à une rencontre autour du phénomène aux dernières Imaginales. Elles sont acquis une vraie légitimité, que ça plaise ou non.

 

√ Portrait

Cassandra (alias Croque les Mots) est une jeune blogueuse et booktubeuse.

Sa chaîne YouTube compte à ce jour 7 308 abonnés. Elle a commencé son blog en 2012 (elle était alors en fin de seconde) et booktube un an plus tard. Elle tient beaucoup à garder les deux médias alors que les blogs sont plutôt en perte de vitesse et que beaucoup les ont abandonnés pour se consacrer entièrement à leur chaîne YouTube.

Si elle baignait dans l’environnement YouTube, deux raisons l’ont poussée à se lancer : se donner une voix et créer plus d’interactions avec ceux qui étaient derrière ce qu’elle écrivait. Cela lui paraissait plus d’engagement, plus d’authenticité que le simple blog. Elle aime le côté « bidouillage » d’Internet, a appris sur le tas avec Blogger, une plateforme logicielle en ligne gratuite et facile d’utilisation. Elle a regardé de nombreux tutoriels en ligne et a appris le codage en autodidacte.

Ses genres de prédilection : l’imaginaire (surtout la fantasy), les essais, les classiques et les livres illustrés.

Sa vocation est le fruit de son parcours. Au départ et à cause de sa passion pour la littérature, elle se destinait à être éditrice. Après un bac L et une licence de lettres, elle a postulé pour un stage en librairie. Elle y restera un an et demi, s’occupant de la communication sur les réseaux sociaux et des événements en librairie. Elle est actuellement en Master Information-Communication et aimerait travailler dans la communication digitale.

Ses différentes activités sur Internet l’ont non seulement aidée à avoir confiance en elle (parler en public), mais aussi à décrocher des stages. Récemment, après avoir eu l’impression de tourner en rond, elle a cherché à se renouveler en réalisant une vidéo différente, plus scriptée qu’à son habitude, plus travaillée, sur les livres qui ont inspiré des jeux vidéos. Pour l’avenir, elle voudrait continuer sur cette lancée avec des vidéos avec plus de contenu et de valeur ajoutée.

Concernant la question souvent posée de l’indépendance des booktubeurs, on ne lui a jamais demandé une critique positive en échange d’une rétribution ou de publicité. Quand on lui propose un service de presse (avec le sous-entendu d’une chronique à la clef derrière), avant d’accepter elle se pose la question suivante « Ce livre qu’on me propose, est-ce que moi-même je l’achèterais ? ». En revanche, il lui arrive d’être rémunérée quand elle participe à des rencontres autour de YouTube, des ateliers, interviews, etc.

 

La sélection booktube de Cassandra :

Ninon – Les Carnets d’Opalyne

Alexia – Tête à tête

Le Terrier de Guimause

Kevin – Treky

Kevin – Misterkev

BookswithEmilyFox

LucyTheReader

Read by Zoe 

 

Interview de Cassandra pour la BmL

 

 

√ Pour aller plus loin :

« BettieBook », le prix de la critique

« Le roman noir de la critique littéraire » : BettieBook de Frédéric Ciriez

La survie du critique littéraire

« Les lieux de la critique littéraire ne sont plus hermétiques »

Avec les « booktubeurs », la chronique littéraire prend un coup de jeune

Nine Gorman, une romancière façonnée sur Internet

Salon du Livre 2018 : La recette de cette « booktubeuse » pour intéresser à la lecture

« Youtubeurs, booktubeuses… Une nouvelle façon de parler des livres ? » (conférence Imaginales 2018)

Partager cet article

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *