logo-article

Sleepwalking

Jonathan Bree

Auteur, compositeur, producteur, arrangeur,… le déjà chevronné et multi-tâches néo-zélandais Jonathan Bree propose avec « Sleepwalking » une épopée pop baroque impressionnante.

Actif depuis 20 ans, Jonathan Bree s’est d’abord fait remarqué au sein du duo mixte et twee-pop The Brunettes dont l’heure de gloire fût la sortie sur Sub Pop de son troisième album, « Structure & cosmetics ». Mais, au fil de ses albums solos –« Sleepwalking » est le troisième-, sortis sur le label Lil’ Chief qu’il co-dirige, Jonathan Bree s’éloigne de la fragilité de cette twee-pop pour investir un univers envoûtant où son interprétation, son écriture et ses arrangements s’affirment.
Caché derrière un masque, l’effacement de son identité bénéficie à sa musique qui marie une écriture pop à une science des orchestrations de cordes, tour à tour inquiétantes puis caressantes. En résultent ce qui devraient être (dans un monde sensible et non formaté) des « tubes » comme pouvaient en écrire Scott Walker ou Lee Hazlewood, susurrés par sa voix sensuelle de crooner soutenue par une section rythmique à la fois discrète et réconfortante (« Say you love me too ») : la tourbillonnante « You’re so cool », une « Roller disco » mélancolique qui allient immédiateté et profondeur, ou la plus électronique « Fuck it » qui démontre que, même s’il semble influencé par la pop baroque ou orchestrale des années 60 ou 70, « Sleepwalking » reste bien un disque d’aujourd’hui.

 

Tags

Type :

Partager

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *