logo-article

Les ressources en eau de l’agglomération lyonnaise

Robert Jonac

L’hydrologie, la géologie, sciences ardues ?

Pourtant, à l’heure des changements climatiques, elles permettent d’expliquer notre environnement quotidien. Aujourd’hui, qui peut encore s’en passer ?

En ce mois de janvier 2018, les nappes phréatiques sont loin d’avoir un niveau satisfaisant, malgré les pluies hivernales. La note d’information du Bureau de Recherche Géologique et Minière du 16 janvier 2018 indique qu’environ « les deux tiers des nappes phréatiques présentent un niveau bas à très bas ».

Comprendre ce qu’est une nappe phréatique, qui plus est, dans l’environnement lyonnais, c’est possible !  En fin de compte, qu’appelle-t-on une nappe phréatique (phréar signifie puits en grec) ?  Et, comment l’eau de consommation est-elle captée dans une nappe ?

Une association, L’Eau à Lyon et la pompe de Cornouailles valorise le patrimoine industriel de l’usine des eaux de Saint-Clair. Elle édite également une revue, Les Cahiers de Saint-Clair, dont le troisième numéro est Les ressources en eau de la région lyonnaise.

De quoi comprendre l’importance de cette question à travers une chronologie où l’homme n’est qu’un épiphénomène. Très illustré, ce cahier donne des définitions claires et pédagogiques sur le plan scientifique et historique.

Voir dans le catalogue de la BML

Tags

Type :

Partager

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *