logo-article

Love Matters

Jowee Omicil

A peine un an après qu’il fut révélé en France avec l’album Let’s BasH!, revoilà le pétulant Jowee Omicil, saxophoniste canadien d’origine haïtienne. Love Matters!, (en clin d’œil au mouvement militant afro américain « Black Lives Matter ») reflète son état d’esprit d’improvisateur afro-jazz libre et impatient, arrivé à la musique sur le tard mais fin prêt à en découdre avec ses jams aussi dansants qu’exubérants. Avec son look de rapper un poil dandy et un poil mystique, ce zigue de 40 ans n’est pas si typique dans l’eco-système du jazz et des musiques du monde.

Sur une dizaine de morceaux, son Love Matters! brasse tout de go des influences bigarrées reliant biguine créole et « rara » haïtien (musique rurale), sonorités africaines et bebop new-yorkais. Les mélodies sont accrocheuses et volontiers entêtantes. A chaque fois, l’intempestif Omicil (qui joue du saxo mais aussi de clarinettes, cornets, flûtes et claviers) souffle le chaud et le froid dans un joyeux désordre où l’on entend, aussi, beaucoup de finesse et des réminiscences de classique et de pop.

« J’aime que l’on soit dans une sorte de confort d’écoute, mais je tiens aussi à ce que l’on soit surpris et secoué! »

Ça s’appelle du jazz, du jazz d’aujourd’hui. Une musique joyeuse, généreuse, que sa longue histoire n’empêche jamais ni d’avancer ni de vivre. C’est comme ça que Jowee Omicil la pense, et comme ça qu’il la joue.

 

Voir dans le catalogue de la BML

Tags

Type :
Thème :

Partager

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *