logo-article

L’heure de salir

La main

Le nom du label donne le ton : « Unknown pleasures records », on n’est pas là pour faire la chenille, du headbanging ou du bootyshake à paillettes.

Ici sont les terres froides du cold-synth-post-punk d’aujourd’hui, pour les quadras nostalgiques du lyrisme noir et de la transe robotique des années 80.
La Main, c’est un gars, une basse, une boîte à rythme et des claviers, des textes sombres, des ambiances glacées et accrocheuses, entre synth-wave minimaliste et EBM.

L’oreille narquoise fera mine d’entendre Indochine ou Partenaire Particulier, l’autre dira Guerre Froide voire Charles de Goal, et se replongera avec délice dans les extases dépressives et martiales de son adolescence… Oui, le genre connaît une poussée de revival qui frise le trop-plein, mais  L’heure de salir possède un pouvoir d’évocation puissant et sincère, glauque et catchy, qui a des airs de soirée blafarde inoubliable des années lycée.

 

Voir dans le catalogue de la BML

Tags

Type :

Partager

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *