logo-article

L’ami du défunt

Andrei Kourkov

J'avais trop d'amour-propre pour faire un bon suicidé, mais le rôle de victime m'irait comme un gant.

https://static.lexpress.fr/medias_10420/w_480,h_270,c_fill,g_north/v1431077701/people-cross-a-street-near-a-statue-of-soviet-state-founder-vladimir-lenin-in-donetsk_5335057.jpg

Dans un Kiev post-communiste, un homme est perdu.

 

Il mastique le vide de sa vie amoureuse, de l’existence en général où pour lui le néant social est synonyme d’absurdité.

Pour se sortir de tout cela, une solution : la mort.

 

Le suicide n’est pas pour lui. Il veut un mystère autour de sa dépouille.

Par l’intermédiaire d’un ami, il va contacter un tueur professionnel, comme il en existe dans cette société gangrenée. Il va, alors, commanditer son propre meurtre.

 

Mais quand la liberté, le bonheur refrappent à sa porte, comment vivre avec un contrat sur sa tête ?

Résultat de recherche d'images pour "kiev ukraine statue"

De cette situation absurde en viendront d’autres.

 

L’ami du défunt est un roman étonnant.

 

Une histoire noire, légère, drôle qui confirme le style fort et décalé d’Andreï Kourkov.

 

Voir dans le catalogue de la BML

Partager

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *