logo-article

L’Abandonnée ; Jacques Passinkof ; Andreï Kolosov ; Premier amour ; Pères et fils

Ivan Tourgueniev

« Craignez le tigre et ses mâchoires, Craignez fort d’éveiller un lion, Mais craignez comme un cauchemar, Les hommes dans leurs illusions. »

Tourgueniev est un auteur important du 19ème siècle, n’en déplaise à Dostoïevski.

 

Résultat de recherche d'images pour "Tourgueniev"

 

Si vous n’avez jamais lu cet auteur de pièces de théâtres, de romans, de nouvelles, de poésies, il serait bon de se lancer, pour commencer, dans la lecture de ces trois œuvres :

 

Premier Amour ; Pères et Fils ; L’Abandonnée.

Ces œuvres résument bien l’univers de l’auteur.

Son père était un officier issu d’une famille aristocratique ; sa mère était noble, riche propriétaire terrienne.

Il était enfant, loin du peuple russe, ce qui explique que ces trois œuvres évoquent, surtout, les sphères aisées.

Ses intrigues se fondent dans une ambiance sociale où la vie à la campagne, en cité pavillonnaire se résume, souvent, aux intrigues de l’amour.

C’est une approche parmi tant d’autres pour aborder une société en profondeur.

 

Premier Amour :

picture

 

Ici l’amour ne peut être qu’incomplet.

Année 1833.

Zénaïde, jeune femme de vingt-et-un ans est d’une beauté éblouissante.

Vladimir a seize ans, il observe cette voisine et en tombe fou amoureux.

Zénaïde vit dans un dénuement total avec sa mère, la princesse Zassékine.

Zénaïde joue avec ses prétendants sans aucune délicatesse.

Un jour le père de Vladimir séduit la jeune femme.

Et la tragédie s’installe.

 

« Ce qu’on appelle l’amour c’est l’exil, avec de temps en temps une carte postale du pays, voilà mon sentiment ce soir. »

 

L’abandonnée : recueil de trois nouvelles

picture

 

La première : L’abandonnée.

Suzanne a une enfance désastreuse, enfant d’un noble qui ne l’a pas reconnue.

Elle vit au domaine, et fait la lecture à son père chaque soir. Mais jamais, il ne l’appellera « ma fille ».

L’amour est, pour elle, un chemin de torture, de cauchemar.

Son histoire sinueuse ne peut laisser le lecteur indifférent.

La Russie féodale du XIXe siècle n’est un nid douillet pour personne.

 

La deuxième : Jacques Passynkov

Le narrateur se penche sur son amour et sur celui d’un de ses amis qui est, selon le narrateur, le dernier romantique de Russie.

Il s’inquiète même de voir la jeunesse abandonner cette belle philosophie.

Il est vrai que le romantisme, selon Tourgueniev, est un art de vivre épanouissant : on aime, on meurt, on n’est pas aimé, on n’aime plus, on abandonne, on se suicide, on assassine etc etc.

On est loin, il me semble, de Lamartine et de son lien avec la nature, autre forme de romantisme.

 

Andreï Kolosov

Le thème de la troisième nouvelle est la rupture.

Que devient la belle aimée quand elle ne l’est plus ?

 

Le premier amour ou l’Abandonnée parlent d’amour.

Un amour passionnel où les sentiments explosent souvent en violence. Cet amour est excessif, absolu. Il ne connait pas la morale et il est étroitement lié à la mort : l’amour romantique.

Le style d’écriture de Tourgueniev est d’une belle limpidité qui côtoie la poésie de l’époque. Un régal où il est bon de se réfugier lorsqu’on ne sait plus quoi lire.

 

« La fuite du temps et de la vie qui glissent sans arrêt, sans que nous en ayons conscience, nous retinrent comme enchaînés par un charme. »

 

Pères et fils

Pères et fils par Tourgueniev

 

Suite à l’abolition du servage, la Russie change de visage.

Bazarov, étudiant, est un adepte du mouvement nihiliste.

Il rend visite à son père, petit propriétaire, bienveillant, un brin dépressif, croyant au libéralisme.

L’affrontement philosophique, idéaliste, humain peut commencer.

Pères et fils est une véritable évocation historique et philosophique de l’époque.

Un style éloquent, envoutant …

Du grand art tant pour l’analyse sociétale que pour l’écriture.

Et le thème du nihilisme est à lui seul une intrigue captivante.

A lire de suite.

 

« Un nihiliste, c’est un homme qui ne s’incline devant aucune autorité, qui ne fait d’aucun principe un article de foi, quel que soit le respect dont ce principe est auréolé. »

 

Voir dans le catalogue de la BML

Partager

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *