logo-article

La langue du diable

Ferraris, Andrea

« Qui sur la mer a son bien, En vérité n’a rien. »

2 Juillet 1831.

La Langue du Diable

Non loin des côtes Siciliennes, une éruption volcanique donne naissance à une île.

Salvatore, un pêcheur de Sciacca assiste au spectacle.

Lui qui souffre d’un amour torturé, dû à sa condition sociale, décide de devenir le gouverneur de cette nouvelle terre.

Ainsi, pourra-t-il conquérir le droit d’épouser sa bien-aimée en devenant riche.

 

Mais l’Angleterre et la France revendiquent, déjà, le territoire.

 

Salvatore est le premier humain à avoir posé les pieds sur cette terre.

Il a ramené un caillou et pour lui cette possession fait de lui le maître des lieux.

Rackham

La langue du diable est une bande dessinée où l’aventure se dispute à la psychologie torturée des personnages.

Salvatore est un prisonnier des conventions sociales et son ambition est de se libérer.

Mais comment un bout de terre éphémère pourrait lui être utile ?

 

3

 

La langue du diable est remarquable du point de vue graphique. La couleur noire est prédominante.

L’auteur, Andrea Ferraris, doit utiliser des crayons charbonneux rendant l’atmosphère austère.

Pour la transcription de la mer et du volcan, le trait se veut « mordu » pas « net », ce qui crée une vibration envoûtante.

 

Une belle bande dessinée relatant un fait réel historique.

« Aujourd’hui, cette « île » baptisée « Ferdinandea » se trouve toujours endormie par 8 mètres de profondeur, en attendant la prochaine éruption. ».

Rackham

Voir dans le catalogue de la BML

Partager

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *