logo-article

Genericana

Elephant Micah

Prêt de vingt ans de carrière et 16ème album pour le discret Joe O’Connell qui se cache derrière le nom d’Elephant Micah.

Le natif de Pekin (dans l’Indiana, pas en Chine) continue de tracer une voie souvent sinueuse entre labels qui périclitent (Landmark, Blue Sanct, Time-Lag…) et albums souvent réussis mais qui ne lui permettent pas de sortir de l’underground.

Habituellement plutôt ancré dans une folk assez traditionnelle, Elephant Micah ouvre sur cet enième album les portes et les fenêtres (on entend la mer sur le titre d’ouverture) et laisse rentrer synthétiseur fait maison, électronique de rebut mais aussi électricité, faisant de Genericana (une version mutante de l’americana ?) probablement l’un de ses meilleurs albums.

Concentré en 6 chansons qui prennent le temps, l’album bénéficie en outre d’un halo mélancolique incarnée par la voix profonde de Joe O’Connell qui rapproche auujourd’hui Elephant Micah d’un groupe comme Low et de la famille slowcore.

Voir dans le catalogue de la BML

Tags

Type :

Partager

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *