logo-article

Catherine Deneuve femme maison

Deneuve, corps et âme en ses demeures, ministre des intérieurs…

Jérémie Kessler

Hybride, l’essai couple biographie, étude filmographique et recueil de la parole. Jérémie Kessler livre chronologiquement les rhizomes du jeu de Catherine Deneuve, leur interaction avec la spatialité, en particulier la maison. Figure poétique et symbolique, celle-ci entre en résonnance avec l’intériorité de l’actrice, sa réinvention permanente à l’image et l’érige définitivement en Reine du 7eme art français.

Cela n’est pas sans rappeler  Les phénoménologues japonais de l’école de Kyoto qui attribuent un rôle fondateur au « basho », le lieu qui vient s’installer en lieu et place du sujet, se substituer à lui comme principe fondateur de l’identité.

Reine de tout royaume ?

La maison s’affiche comme partenaire de jeu avec une dimension quasi humaine. Louise Bourgeois  veille… Le titre « Femme maison » renvoie à son œuvre mais aussi aux ressorts métaphoriques et analytiques de son exploration minutieuse.

L’espace domestique, un petit royaume en soi et ce qu’il sous-tend (enjeux de pouvoir, confrontation hommes/femmes) est regardé au plus près, enquêté.Théâtre de la mémoire, des peurs, des émotions, « lieu refuge », aire de partage, la maison s’habille parfois de dramaturgie et cristallise la topographie de l’être intime.

Le coeur du livre cible aussi la figuration spatiale de la personnalité contrariant l’approche classique d’une carrière de star.

Pour le sémioticien Claude Zilberberg « L’espace est partout ». Ici, il est invasif et magistral.

Pour poursuivre : la poétique de l’espace, Gaston Bachelard et l’article de Denis Bertrand « De la topique à la figuration spatiale ».

Voir dans le catalogue de la BML

Tags

Thèmes :

Partager

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *