logo-article

Blue Note : Photos Francis Wolff

Michael Cuscuna

Une preuve de plus que Jazz et photographie font bon ménage.

Alfred Lions fonde le label Blue Note en 1939. Son idée : laisser la plus grande liberté aux jazzmen afin qu’ils s’expriment sans contrainte. La même année son ami d’enfance Francis Wolff, photographe à Berlin est contraint d’émigrer pour fuir le nazisme. Il rejoint Alfred Lions à New York qui l’embauche pour s’occuper de la partie commerciale de la nouvelle maison de disque. Au fil des ans, Blue Note devient un des plus grands labels de Jazz et signera les plus grands artistes : Miles Davis, Herbie Hancock, Thelonious Monk, Lee Morgan, Art Blakey, Louis Armstrong, John Coltrane, Chick Corea, Grant Green… Dans un premier temps Francis Wolff commence par photographier les musiciens signés par le label, afin de conserver des archives, puis dans un deuxième temps, il les immortalise pour créer les pochettes de disques. En tant que personnel de l’entreprise et producteur, il assiste aux sessions d’enregistrement et peut donc être au plus près du processus créatif. Le livre présente des photographies prises lors de ces sessions ou lors des séances photos dédiées à l’élaboration des couvertures de disques. On peut ainsi découvrir au fil des pages des images proches des pochettes originales. Feuilleter ces 150 photos prises entre 1948 et 1969, permet d’appréhender l’histoire de ce label mythique, et d’aborder l’imaginaire jazzistique : entre clair-obscur, fumée de cigarette, moment de concentration et de détente, images des corps fatigués au petit matin….

Une confirmation de plus que le jazz ça s’écoute, ça se lit, et ça se regarde…

Voir dans le catalogue de la BML

Tags

Types :
Thèmes :

Partager

Poster un commentaire

One thought on “Blue Note : Photos Francis Wolff”

  1. tof dit :

    Ah Blue Note et ses pépites ! C’est le label de référence pour tout amateur de jazz et il est vrai que leurs pochettes sont souvent magnifiques. Ce très beau livre c’est sûr je l’emprunterai dès que possible. Au passage sachez que je me suis mis au jazz grâce à vous ! C’est en effet à la bibliothèque que j’y ai écouté mes premiers disques de jazz. Un grand merci à vous donc !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *