logo-article

All my relations

Cochemea

L'esprit amérindien appliqué au jazz

 

 

« Maso Ye’eme » – Cochemea Gastelum  –  2:25

 

Habituellement les albums de Spiritual jazz s’inscrivent dans une veine indo-européenne, dans la tradition de Coltrane et de sa découverte de la musique indienne. Cet album cultive lui aussi les références à la musique Indienne, mais celle des natives American. Cochemea Gastelum (saxophoniste des Dap Kings) revendique de ce fait la culture de ses ancêtres Yaquis et Apaches comme base de son approche musicale. Pour son premier album Cochemea imposait son savoir-faire funk, et pour ce second disque il prend le risque de désorienter son public, puisque l’on est assez loin de l’univers de Sharon Jones et de sa retro soul. Cet album se situe à la croisée des rythmes amérindiens, d’envolées jazz, de grooves afro beat et soul music. Et le résultat est à la hauteur des prétentions du musicien. A l’écoute on pense à Coltrane bien sûr, mais aussi à Santana, aux incantations chamaniques, aux rythmes tribaux modificateurs de conscience et simulateur de transe. L’album apporte ainsi une forte intensité spirituelle, évocatrice de sublimation musicale et de voyages émotionnelles.

 

« Asatoma » – Cochemea Gastelum  –  4:30

Voir dans le catalogue de la BML

Tags

Type :
Thèmes :

Partager

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *