logo-article

A silent voice de Yoshito Oima

Yoshitoki Oima

Une belle histoire servie par un scénario qui réussit le pari de ne pas tomber dans la facilité de jouer sur la mièvrerie et le pathos. On suit ainsi l’histoire de Shoko, jeune élève malentendante qui a toutes les difficultés à s’intégrer dans son école…

[attention : spoilers !]

Dans cette école, il y a Shoya, un jeune garçon instable, toujours à la recherche de sensations fortes et du moindre mauvais tour à jouer. Il comble ainsi une sensation de vide qu’il ressent profondément, peut-être dû à un père absent et une mère aimante mais très accaparée par son travail. Shoya grandit avec 2 amis Kazuki et Keisuke, ses compagnons d’aventure. Mais, petit à petit, ces derniers s’éloignent, et la sensation de vide s’approfondit. Shoya se sent isolé. Quand soudain, une nouvelle élève, un peu étrange, intègre sa classe . C’est shoko, malentendante, qui brandit un cahier pour communiquer. Au début, Shoya s’amuse à la taquiner, puis il la raille, la bouscule, jusqu’à tomber peu à peu dans la maltraitance… Shoko est de plus en plus absente. Cependant, à la suite d’un avertissement du directeur, la situation va se retourner contre Shoya qui va, à son tour, être le centre de l’attention malfaisante du même cercle « d’amis » qui torturaient Shoko…

Les réactions des uns et des autres sont intéressantes, loin des stéréotypes, ne cherchant pas forcément à expliquer les raisons qui poussent les élèves à agir comme le ferait une bande de hyènes autour d’une carcasse.

Espérons que les autres tomes soient aussi de la même qualité !

Voir dans le catalogue de la BML

Tags

Type :

Partager

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *