Trop politique, Avignon ?

- Modifié le 06/08/2019 par Benoît S.

logo-article
le Palais des Papes d'Avignon

Cette année encore, la programmation du Festival a fait la part belle aux spectacles politiques, conformément à la ligne tracée par son directeur, Olivier Py, depuis 2014. [Olivier Py dresse le bilan d’Avignon 2019 dans Télérama]

Au risque de voir les enjeux politiques et sociaux éclipser les enjeux artistiques ? C’est en tout cas, le point de vue de certains, qui n’hésitent pas à alerter sur la prolifération de « spectacles sur » … (sur les migrants, sur la crise de l’Europe …).

En effet, on peut légitimement s’interroger sur le risque de désamorcer toute subversion et d’éteindre tout esprit critique de la part du spectateur lorsqu’on lui présente des spectacles aux thèmes aussi identifiés. La pensée devient alors très balisée et ne parvient plus à nous faire comprendre la complexité du monde.

Ce qui peut produire, à rebours de l’effet recherché, des spectacles totalement inoffensifs.

« Le [spectateur] n’aura pas à mâcher. On lui a haché menu sa pitance, comme à l’hospice. La chaise longue est gratuite. Un sirop vous sera servi. Avez-vous froid ? Un châle tombe sur vos épaules, un plaid se pose sur vos jambes. Voulez-vous un bouillon ? » [Défense de Prosper Brouillon d’Eric Chevillard]

… et au lit !

Partager cet article

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *