Le théâtre pour prévenir la radicalisation

- par le fonctionnaire inconnu

« Ils sont auteurs, metteurs en scène, comédiens et ont décidé de faire de la pédagogie sur l’islam. Grâce au théâtre et au débat, ils sensibilisent et écoutent des jeunes pour prévenir la radicalisation. Des représentations appréciées par des professeurs souvent désemparés. »

Ci-dessous, retrouvez quelques-uns des auteurs cités dans l’article (très) complet, Islam : des voix des quartiers montent sur les planches de Cécile Chambraud et Louise Couvelaire, paru dans Le Monde (23-24 juin 2019, p. 10-11) [A retrouver sur Europresse].

  • Ismaël Saidi est l’auteur de Djihad, « vu par 700 000 spectateurs, dont 350 000 scolaires, en France, en Belgique, en Allemagne, au Japon, en Côte d’Ivoire… » Géhenne, la deuxième pièce de sa trilogie commencée avec Djihad, vient de paraître. Par ailleurs, il participe actuellement à la production d’une série de courts films d’animation, intitulée Les Voyages d’Ismaël, à destination d’un jeune public et diffusée prochainement sur France Televisions.
  • Lettres à Nour / Rachid Benzine, islamologue et politologue
    Accompagnée d’un dossier pédagogique de 120 pages, Lettres à Nour tourne depuis un an en France, dans les théâtres, les prisons et les écoles, mais sans jamais utiliser le mot « radicalisation », qui, selon l’islamologue, « crispe les jeunes ». « Avec cette pièce et le débat qui suit, nous créons un espace démocratique pour que, justement, la colère et l’humiliation puissent s’entendre ».
  • J’ai rencontré Dieu sur Facebook / Ahmed Madani
    Ahmed Madani poursuit avec cette pièce un travail débuté depuis maintenant de nombreuses années sur la place accordée à toutes les composantes de la société, et en particulier la jeunesse.
  • Désaxé / Hakim Djaziri [bientôt disponible à la médiathèque de Vaise]
    Dans cette pièce, un homme adresse une lettre d’adieu à ses parents depuis la prison de Fleury-Mérogis. Il y parle de son enfance en Algérie, du terrorisme, de la mort à laquelle sa famille et lui ont échappé et de son arrivée en banlieue parisienne. Il retrace le fil de sa vie jusqu’à son implication dans le djihadisme.
  • Farid Abdelkrim, Frère musulman repenti, déconstruit les discours radicaux dans sa série vidéo humoristique Un muslim qui te veut du bien [en ligne].
  • Dans une forme moins spectaculaire, l’historienne et arabisante Jacqueline Chabbi raconte elle Les mots du Coran [chaîne Youtube] à travers leur étymologie.

Partager cet article

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *