Disparition de la « Reine de l’édition italienne »

- Modifié le 02/10/2018 par Myriam B.

Le 20 septembre 2018, une grande dame de la littérature et de la photographie s’en est allée, Inge Feltrinelli, éditrice entre autres de Roberto Saviano et d’Erri de Luca.

photo d'Inge FeltrinelliInge Feltrinelli est née Inge Schöntal à Essen en novembre 1930 d’une mère protestante et d’un père juif qui fuira la montée du nazisme en s’exilant aux USA. Elle passe sa jeunesse dans une Allemagne déchirée par la guerre entourée de sa mère et de son beau-père un officier de cavalerie allemand qui, comme elle le disait dans ses interviews, s’évertuera à la protéger pour qu’elle ne connaisse pas le même destin de tant d’enfants juifs. Confrontée aux horreurs de la guerre, rejetée par son père quand elle le retrouvera quelques années plus tard, Inge Schöntal se forgera un caractère indépendant et libre qui la conduira sur la voie de la photographie et du journalisme.

En 1958, quand elle rencontre Giangiacomo Feltrinelli, la jeune femme est une photographe accomplie qui a déjà tiré les portrait des grands de ce monde ; qu’il s’agisse des artistes les plus célèbres comme Picasso, Hemingway ou Gary Cooper, ou des figures politiques de l’époque telles que JFK et Churchill. Leur histoire sera celle d’une passion tant amoureuse qu’intellectuelle, entre deux personnages hauts en couleur: elle une jeune photographe aventureuse et lui, un éditeur milliardaire militant d’extrême gauche.

Après leur mariage au Mexique, ils s’installent dans la ville de Milan dans laquelle son époux avait fondé quatre ans auparavant sa maison d’édition. Avec l’implication de plus en plus importante de son mari dans les luttes communistes, cherchant à reproduire sur le territoire italien les actions entreprises par le Che et Castro, Inge Feltrinelli va prendre sa place à la tête de la maison d’édition en qualité de vice-présidente, puis comme présidente à la mort de celui-ci, en 1972 lors d’une tentative de dynamitage du réseau électrique de Milan.

Sous sa houlette, la maison d’édition se diversifie, s’ouvrant aux récits de vie, aux livres-audio, ou même au domaine du lifestyle sans jamais se départir de ce qui a fait l’identité de l’institution Feltrinelli: la publication d’une littérature engagée.

C’ est son fils Carlo qui lui succède à la présidence du groupe.

copyright Alessio Maffeis

Partager cet article

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *