Le rock lyonnais en vinyle

- par Luke Warm

logo-article
Lyon capitale du rock

Dans le cadre de l’exposition à la Part Dieu « Lyon capitale du rock » et à l’occasion du reportage « Sauvages ! 1975-1985 Lyon révolution rock » diffusé sur France 3, le département Musique de la BML vous propose la bande son de cette époque grâce à l’édition d’un disque vinyle, à l’écoute bientôt dans nos bacs.

 

 

Partager cet article

Poster un commentaire

One thought on “Le rock lyonnais en vinyle”

  1. JANUS dit :

    Après la projection (UGC 13/06) du film « Sauvages » chronique de Lyon, ville rock, (1975/1985) des albums double LP 33tours ont été distribués gratuitement (compte public) aux spectateurs présents (pas de CD, dommage!)
    Lest titres choisis sont intéressants et certains cultes, sur les 4 faces (double album) regroupées chronologiquement ainsi : face A Early 70’s & Roots / face B Nouvelle Vague 80 / face C Néo punk / Power Pop / Garage / face D Wave / Synth-Pop. Le lecteur vinyle 33/45T fourni par la BML permet de les écouter et de les enregistrer via le logiciel (EZ Vinyl Tape Converter) par la prise usb (chargeur/pc), Mais la qualité phonique de l’appareil n’est pas bonne, en tous cas beaucoup moins bon qu’un Teppaz des années 60 ! Donc enregistrement sur PC qualité wave, puis compression en 320kbits, écoute parfaite sur ampli. La qualité et l’énergie des compositions démontrent la variété de la scène lyonnaise de cette époque.
    Il est aussi nécessaire de rappeler qu’au début 70, Lyon bénéficiait de l’arrivé des grosses machines anglo-saxonnes avec semi-remorques (LedZeppelin, Deep Purple, Pink Floyd….). Or le concert des LZ (lundi 26 mars 1973) a été émaillé du bris des portes vitrées du Palais des Sports pour entrer gratuitement !
    Vu la casse, à la charge des contribuables lyonnais, le maire Louis Pradel a décidé de ne plus louer le Palais des Sports pour ces concerts rock (sauvages !).
    Durant cette décennie, toute la scène artistique locale était en mouvement: TNP, Théâtre du 8°, Opéra, Elac (performances….) même de petites salles comme les salles Rameau 1°/Molière5°, Bourse du Travail3°, plus calibrées et à l’acoustique meilleure (Patti Smith, Moon Martin, Motels….). La décennie suivante a vu arriver les radios dites libres, (vite regroupées en sociétés de diffusion commerciale), la nouvelle vague new wave et d’autres salles en ont été les vecteurs: ENTPE (OMD), stade de Gerland (Rolling Stones).
    Conclusion si la demande du public était forte, la scène musicale locale existait plus ou moins facilement, bien avant 1981 ! Lyon a été à la charnière de ces années mouvantes et jouissantes. Bonne lecture. Questions ? JANUS

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *