Livre d'artiste

Le coyote lacanien de Chris Burden à l’aune des cohabitations impossibles et des mythes…

- temps de lecture approximatif de 1 minutes 1 min - Modifié le 17/02/2017 par Dalli

Audacieux, facétieux, l’animal singe l’humain et le taquine. Ces 21 histoires racontent le souvenir d’une possible mais contrariante cohabitation de l’artiste performer Chris Burden et de son épouse avec les congénères bien réels de Vil le coyote pendant 30 ans d'existence (au coeur du canyon de Topanga près de Los Angeles). Cette itinérance artistique sur fond des années 70 débute en camion, se poursuit en tente et se finalise en maison et fables philosophiques.

Chris Burden
Chris Burden

Ces  épisodes bien que relatés avec des yeux d’enfants  interrogent le territoire, la frontière, la propriété, les codes et les aléas doucereux et ironiques d’une confrontation.

Il est question des velléités joueuses d’un animal admirablement farceur qui pique des couteaux.  Outrageux, il se livre chaque matin à un hommage ritualisé significatif, à la manière d’un performer.

Il se place en observateur éminemment curieux et interrogatif, rétif aux tentatives de séduction mais immensément sensible à la musique  se heurtant finalement à la résistance archaïque et plus guerrière de l’ homme à l’animal, à sa suprématie.

S’il stigmatise nos incompréhensions, notre matérialisme et nos peurs, …il rappelle que les frontières sont toujours poreuses et la nature aussi, que l’animal, c’est, in fine, toujours l’Autre.

Ainsi, chacun peut tirer enseignements, divertissements d’une œuvre qui autorise la transgression, le transfert.

peut ravir les petits comme les grands.

L’ouvrage invite à jouer à qui est le coyote ou qui suis-je ? Il permet d’imaginer cette vie… presque libre aux confins de la liberté de l’autre quel qu’il soit, son semblable, le coyote des mythes amérindiens, de la mythologie navaro ou le simple canidae.

C’est rafraîchissant !

à lire absolument  : Docteur Lacan, coyote in « Brouillon là-quand » de Jacques Roubaud

 

 

Partager cet article

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *