"L'art est ce qui rend la vie plus intéressante que l'art." Robert Filliou

Artothèque ?

1/3 Historique

- Modifié le 20/12/2018 par Aurélie

"Les artothèques sont souvent décrites comme étant aux œuvres d’art ce que les bibliothèques sont au livre." Claire Tangy, responsable de l’artothèque de Caen. Emprunter une œuvre d’art c’est aussi simple qu’emprunter un livre. Arman, Pierre Soulages, César ou Louise Bourgeois à portée de main et sans se ruiner : c’est possible ! Grâce aux artothèques, devenir un collectionneur est un jeu d’enfant !

L'artothèque de Lyon, Bibliothèque de la Part-Dieu

En Europe

Suite à de multiples crises économiques au début du XXème siècle, le marché de l’art a connu un effondrement durable. C’est dans ce contexte de crise que des artistes berlinois, dont Arthur Segal, décident de louer leurs œuvres qu’ils n’arrivent plus à vendre. A Berlin, une dizaine de structures voient le jour. Ce principe s’est étendu outre-Rhin et en Europe du Nord.

En France

En France, au sein des Maisons de la Culture, initiées par André Malraux, deux projets pilotes au Havre et à Grenoble ont été menés dans les années soixante.

En 1981-1982 le Ministère de la Culture décide d’attribuer des subventions pour la mise en place d’artothèques sur tout le territoire français. Cette mesure relève d’une politique générale de décentralisation et d’action en faveur de l’art contemporain (création de Centres d’art contemporain et de FRAC)  afin de desservir des zones de « désert culturel ».

Aujourd’hui, il existe plus d’une soixantaine d’artothèques publiques. Cependant, leur répartition sur le territoire français est assez étonnante avec une zone Nord-Est peu desservie et une forte concentration en Auvergne Rhône-Alpes alors qu’il n’y a pas d’artothèque à Paris ! Les parisiens doivent se rendre à Saint Cloud ou Clichy.

Depuis 1999, l’association l’ADRA (Association de Développement et de Recherche sur les Artothèques) regroupe les artothèques de France et propose de mener une réflexion collective sur la recherche artistique, la diffusion, la médiation mais aussi la formation du personnel des artothèques. Par ailleurs, l’ADRA permet de partager des expériences, porter des projets communs…

La région Auvergne Rhône-Alpes

La Région Auvergne Rhône-Alpes est la plus dotée avec 8 artothèques publiques à Annecy, Chambery, Grenoble, Lyon, Saint-Fons, Saint-Priest, Villeurbanne, Villefranche-Sur-Saône et d’autres structures privées à Givors, Montbrison, Premeyzel, Saint Maurice-sur-Dargoire, Saint-Etienne.

 

L’artothèque de Lyon

Ouverte en 1996, à la Bibliothèque municipale de la Part-Dieu, l’artothèque de Lyon offre au public plus de 1500 œuvres d’art originales : photographies, estampes et vidéos d’artistes représentant la période de 1960 à nos jours. Son fonds s’étoffe chaque année avec de nouvelles acquisitions. Il s’est constitué à partir de deux collections : celle de l’ancienne Artothèque de Lyon (1983–1993) et celle de l’ancienne Fondation Nationale de la Photographie (1978-1993). Grâce à ces deux héritages, la Bibliothèque municipale de Lyon conserve plus de 7000 œuvres contemporaines en plus de celles de l’artothèque. Ce sont principalement des photographies, mais aussi des ensembles d’estampes. Ce fonds n’est pas empruntable, mais il peut être présenté sur rendez-vous.

Par ailleurs, l’artothèque enrichit la collection de livres d’artistes et de bibliophilie conservée par la Bibliothèque et propose ainsi au public un regard élargi sur les esthétiques contemporaines. Depuis novembre 2016 l’artothèque met à disposition plus de 200 livres d’artistes en prêt.

Prochainement sur l’influx,  vous pourrez découvrir les missions et les publics des artothèques.

 

 

Partager cet article

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *