Le vélo est partout dans nos villes !

- Modifié le 18/10/2017 par La Documentation régionale

En 2017, le vélo fête ses 200 ans. Depuis son invention en 1817 par le comte allemand Karl Von Drais, la petite reine a fait du chemin. En ces temps de transition énergétique et d’émergence de la ville intelligente (smart city), elle a même fait la vélo(rution) dans nos villes. Changements des pratiques et des mentalités autour des mobilités urbaines, développement de nouveaux services, où en est-on avec le vélo dans nos agglomérations en région Auvergne-Rhône-Alpes ?

200 ans du vélo - Visuel du blog Cyclable
200 ans du vélo - Visuel du blog Cyclable

Le vélo réinvente la ville

Comme le montre de récentes études menées par la FUB (Fédération française des usagers de la bicyclette), le retour du vélo est sans conteste depuis la fin des années 1990 dans les grandes agglomérations comme dans les villes moyennes :

 

Le vélo ça change la villeEn janvier 2017, l’association lyonnaise Pignon sur rue a choisi d’envoyer ses vœux sur la forme d’un tract électoral.

La candidate bicyclette dévoile un programme  100% bicyclette qui va changer la vi(ll)e dans tous les domaines : santé / urbanisme / emploi / finances / écologie / tourisme / éducation / impôts..

 

 

 

 

Une autre étude publiée en septembre 2016, celle de l’ADEME (Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Énergie)  portant sur l’évaluation des services vélos en France met également en avant la diffusion des services vélos en France que ce soit au sein des  métropoles  ou des agglomérations  de taille plus réduite, notamment par les collectivités locales.

Ainsi, depuis 2005, de nombreuses villes françaises et européennes ont opté pour un système de vélos en libre service (VLS). Ce succès doit beaucoup à la réussite des Vélo’v lyonnais, qui ont participé à l’évolution de l’image et des pratiques du vélo en ville.

Déplacements doux à Lyon : le Velo'V. Copyright Bertrand Riotord

Sur l’aventure du Vélo’v à Lyon, retrouvez  deux dossiers thématiques publiés par la bibliothèque :

 

A LIRE  :

Et si le vélo était avant tout un moyen de déplacement intérieur ? Une formidable occasion de redécouvrir la ville, mais aussi soi-même…

La bible du cycliste urbain.
« Aucune tristesse ne résiste à un bon coup de pédale. La bonne humeur est le don du vélo à l’espèce humaine. » Remanié et augmenté, ce manifeste plein d’humour et de mauvaise foi a été écrit au temps des pionniers, quand le deux-roues n’avait pas encore fait son entrée dans nos cités. Il n’en est que plus pertinent au moment ou s’invente une nouvelle ville à vélo« . [résumé des éd. Plon]

 

Dans notre région, de nombreuses villes se sont équipées de ces services de location de vélo :

 

Source : Géographie de la proximité : la ville à vélo / Site Géoconfluences

 

Grâce aux politiques volontaristes de développement des modes doux de déplacement, le vélo façonne désormais le paysage urbain.

Ainsi le réseau cyclable de la Métropole de Lyon a doublé depuis 2010 et atteint désormais un maillage de plus de 700 kms, et plus de 1000 kms de voies cyclables sont annoncées d’ici 2020. De même, d’après les pointages de la Métropole (voir les données disponibles sur la plate-forme Data Lyon, le trafic des vélos a explosé de 26 % l’an passé à Lyon.

De son côté, fin 2016, la Métropole de Grenoble testait ses premiers 400 m « d’axes structurants cyclables » de l’agglomération. Dans le palmarès des villes sacrées capitales du vélo en 2017, Grenoble se positionne au 2e rang derrière Strasbourg et devant Bordeaux

Début 2017, à la suite des successifs pics de pollution dans notre région Auvergne-Rhône-Alpes, l’INSEE a dressé un  état des lieux des déplacements à vélo chez les actifs. Au total, 2,2% des actifs prennent un vélo pour aller sur leur lieu de travail. Dans la région, c’est à Grenoble, ville la plus plate de France, que le vélo est le plus utilisé pour le trajet domicile-travail. Clermont-Ferrand arrive en quatrième position

A LIRE :

 

Le développement du vélo est aussi créateur de richesse, entraînant la naissance de PME spécialisées dans ce domaine, implantées en ville comme dans la métropole lyonnaise :

  • Addbike, fabriquant de triporteur urbain
  • Cyclopolitain, Compagnie de vélotaxis électriques
  • Velogik, gestionnaire et exploitant de services de VLS

A LIRE : Comment la ville de Lyon est devenue la reine des PME du vélo [article] / Les Échos,  22/09/2016

 

Dans la plupart de nos villes, le tourisme à vélo est aussi une offre culturelle proposée pour découvrir et vivre la ville autrement :

VISITER LYON À VÉLO ÉLECTRIQUE...avec Lyonbiketour

A LIRE :

 

Un label « Ville et Territoire vélotouristiques »  a été créé pour récompenser les collectivités territoriales qui offrent aux pratiquants du vélo un accueil, des services et des équipements adaptés à la pratique du cyclotourisme.

En Auvergne Rhône-Alpes, plusieurs villes et territoires ont obtenu ce label :

  • Montmélian
  • Aix-les-bains
  • Alberville
  • Oisans
  • la communauté d’agglomération du bassin de Bourg-en-Bresse
  • la communauté de communes de Bugey sud
  • Saint-Pourçain-sur-Sioule (Allier)

 

Autre activité économique  qui s’est développée à grande vitesse ces dernières années : la livraison de colis, plis, repas et pain, par des coursiers à vélo, avec de nombreuses entreprises qui ont vu le jour telles que Eco-bike, Fends la bise, Becycle, Vélimotion  au coté des majors qui dominent le marché (Foodora, Deliveroo, Stuart, UberEats).

A LIRE :

 

Enfin, le vélo est aussi à l’école , avec la Fédération des usagers de la bicyclette qui a mis en place un réseau de vélo-écoles dans de nombreuses villes, aujourd’hui au nombre de 68.

Ces vélos-écoles ne s’adressent pas seulement aux enfants mais à tout cycliste débutant-e. Concrètement, 67% des élèves sont des adultes, 36% des seniors. Les femmes y sont majoritaires.

 

 

Les dernières avancées du vélo pour tous

 

L’indemnité kilométrique vélo (IKV) pour aller au travail au banc d’essai

Depuis février 2016,  de nouvelles mesures sont mises en place afin d’inciter les employeurs à développer les trajets à vélo de leurs salariés : une réduction d’impôt pour les entreprises qui mettent à disposition de leurs salariés des vélos pour leurs déplacements quotidiens et une indemnité kilométrique pour les salariés qui se rendent sur leur lieu de travail à vélo. Depuis le 1er septembre 2016, le dispositif a fait son entrée dans la fonction publique mais par la petite porte, sous la forme d’un test de deux ans. Le décret ne vise en effet que les agents, titulaires ou non, travaillant pour les ministères de l’Environnement et du Logement, soit tout de même 43 000 personnes.

Enfin, dès le lancement de l’IKV, le Club des villes et territoires cyclables (CVTC) et l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe) ont créé l’Observatoire de l’indemnité kilométrique vélo afin de promouvoir le dispositif, aider les entreprises à le mettre en place, valoriser les pionnières et suivre sa mise en œuvre.

A LIRE :

 

Le casque obligatoire pour les moins de 12 ans circulant à bicyclette

Depuis le 22 mars, les enfants de moins de 12 ans circulant sur un vélo doivent porter un casque. La mesure, décidée par le Comité interministériel de la sécurité routière en octobre 2016, s’applique aux enfants tenant eux-mêmes le guidon comme à ceux qui voyagent assis sur le porte-bagages ou dans le baquet d’un « vélo-cargo », ces biporteurs ou triporteurs utilitaires qui sillonnent de plus en plus les rues des villes.

Toutefois, cette mesure ne fait pas l’unanimité chez les associations pro-vélo qui regrettent qu’on ne s’attaque pas plus aux causes des accidents comme la vitesse des véhicules motorisés ou que l’on encourage l’apprentissage de la mobilité à vélo.

 

 

A LIRE :

 

Le vélo à assistance électrique (VAE) encouragé

Les vélos à assistance électrique bénéficient désormais d’un bonus de l’ordre de 20% du prix d’achat dans la limite des 200 euros. Cette mesure dont le décret est paru au JO du 18 février 2017 était déjà mise en pratique dans certaines collectivités ; elle est maintenant étendue au niveau national. Elle devrait notamment avoir des effets en matière de réduction de la pollution atmosphérique et du changement climatique. Une étude de l’ADEME a montré que la moitié des personnes utilisant un vélo à assistance électrique qui ont bénéficié d’une aide locale à l’achat ont fait ce choix en remplacement de la voiture.

 

A LIRE :

 

La mise en œuvre du Plan Vélo adopté par l’assemblée

C’est le cas du département de l’Ain qui intègre le vélo comme un levier majeur de son territoire.

A LIRE : Faire de l’Ain un département « vélo »

 

L’intermodalité vélo-transports collectifs en route

Dans de nombreuses villes de France, tout comme à l’étranger, nombreux sont les passagers qui utilisent le vélo avant ou après leur trajet en train,  mais également en tram, métro, bus. Dans la plupart des gares, divers services sont désormais proposés en plus du stationnement. Des services qui visent à faciliter l’intermodalité train-vélo mais également à promouvoir encore plus l’usage de deux-roues : parking de stationnement à vélo, parcs relais pour vélo, bornes de recharge, stations de réparation, mise à disposition de casques, rangements vélo, gardiennage, consignes à vélo, etc.

Certaines collectivités comme Lyon ont font le choix depuis quelques années du développement de services d’informations en temps réel et même vers du prédictif (trafic 1h avant) afin d’orienter le voyageur en amont ou/et en direct vers  des solutions modales les mieux adaptées à son besoin. C’est l’exemple de l’application Optymod’Lyon utilisé depuis 2015.

 

A LIRE :


          Quand la presse popularise l’innovation [dossier thématique Numélyo]

 

 

Partager cet article

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *