Le mésentère, notre 79ème organe ?

- par Sabine Cap'Culture Santé

Bientôt un organe supplémentaire dans le corps humain ? Dans une étude publiée en novembre dernier dans la revue médicale " The Lancet", une équipe de chirurgiens irlandais demandait à ce que le mésentère, une partie de l'intestin, soit classé comme organe à part entière. Mais, il reste à déterminer s'il en a vraiment tous les attributs nécessaires.

calcvin-coffey-mésentère
calcvin-coffey-mésentère

D’après le Dictionnaire médical de l’Académie de Médecine, un organe est une structure anatomique constituée de différents tissus en vue d’une fonction déterminée. Comme l’estomac, le fémur, l’utérus… Le mésentère, contrairement à ce que l’on pensait depuis des siècles, n’est pas qu’un simple assemblage de tissus conjonctifs, mais bien une structure continue. Par contre, la fonction déterminée, quant à elle, pose encore question. En effet, sa fonction précise est encore en cours de recherche d’après le professeur J. Calvin Coffey, à l’origine de l’étude qui a découvert le mésentère :  « A l’heure actuelle nous avons établi son anatomie et sa structure. La prochaine étape est sa fonction. Si vous comprenez la fonction, vous pouvez identifier les dysfonctions, et ensuite vous avez la maladie. Mettez tout ça ensemble, et vous obtenez le champ de la science mésentérique… la base d’une toute nouvelle discipline médicale. »

Le mésentère relie l’intestin aux parois abdominales. La membrane qui tapisse notre abdomen, le péritoine, forme, à mi-hauteur, un long repli qui entoure l’intestin grêle. C’est là que se trouve le mésentère (en jaune sur le schéma).

Le mésentère, en jaune.

A l’heure où l’on parle de l’intestin comme de notre deuxième cerveau et où l’ouvrage Le charme discret de l’intestin se vend en milliers d’exemplaires, l’apparition du mésentère fait l’objet de spéculations médicales et pécuniaires face à l’attente fiévreuse d’un public conscient des enjeux de santé autour de cet organe.

Calvin Coffey va encore plus loin : il fait l’hypothèse que ces vaisseaux permettent au mésentère de jouer le rôle de chef d’orchestre du système immunitaire intestinal. Des études ont déjà montré que les nœuds lymphatiques qu’il abrite analysent le contenu bactérien de l’intestin, et y larguent des globules blancs (lymphocytes) en cas d’infection. Ce serait un organe permettant de détecter et d’organiser les ripostes en cas d’infections.

Le chercheur pose ainsi l’hypothèse suivante : un dysfonctionnement du mésentère pourrait être à l’origine de la maladie de Crohn et d’autres maladies inflammatoires de l’intestin, auxquelles les médecins peinent encore à trouver une explication, alors même qu’elles se répandent dans la population.

Cependant, la théorie de Calvin Coffey reste à encore à prouver. Elle a néanmoins le mérite d’ouvrir une nouvelle piste de recherche potentiellement très prometteuse dans le domaine, très actuel, du ventre et ses pouvoirs insoupçonnés.

Partager cet article

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *