A redécouvrir

DOLLY MIXTURE « Everything and more : 1978-1984 »

- par Département Musique

Dolly Mixture est ce que l’on appelle un groupe culte : peu considéré et au succès limité lors de ses années d’activité et réévalué des années plus tard à la faveur de ce coffret rétrospectif, vite épuisé après sa sortie en 2010.

Dolly Mixture est un trio exclusivement féminin auteur d’un unique album (posthume, c’est en fait une compilation de démos éditée à 1000 exemplaires) et de 5 singles tous réunis sur ce triple CD enrichis de démos, titres inédits ou lives. Le groupe est formé en 1978 à Cambridge par trois copines d’école, la bassiste-chanteuse Debsey Wykes (17 ans à l’époque), la guitariste-chanteuse Rachel Bor (14 ans) et la batteuse Hester Smith (17 ans) et se séparera en 1983 en n’ayant cotoyé le succès que par procuration : elles se retrouvent effectivement dans les charts anglais et dans l’émission Top of the Pops en 1982 en assurant les chœurs de 2 titres de Captain Sensible (ex-Damned et petit ami de Rachel Bor), « Wot » et « Happy talks »  (elles apparaissent d’ailleurs sur les pochettes du single « Happy talks » et du premier album de Captain Sensible).

Héritières du punk et de l’esprit DIY (do it yourself), le groupe est d’abord une blague qui devient réalité quand un concert est organisé alors qu’elles n’ont jamais touché d’instruments. Le trio apprend donc sur le tas, leur jeunesse, leur inexpérience leur permettant d’accoucher de petites vignettes post-punk et new wave rafraîchissantes aux influences glam (elles dédieront d’ailleurs un de leurs titres, « Dead rainbow » à Gary Glitter) et pop sixties. Leur premier single, « Baby it’s you » est d’ailleurs une reprise du girl group The Shirelles d’un titre écrit par le duo Burt Bacharach – Mack David.

Dès leur second single, « Been teen », produit par Captain Sensible, le trio trouve sa patte avec une pop énergique et impertinente mais dont la palette sera ensuite enrichie de piano et de cordes sur le single suivant, « Remember this ». Malgré des premières parties des Undertones, de The Fall ou U2 et le soutien indéfectible de John Peel, le groupe rencontre toujours aussi peu de succès et s’oriente vers un pop influencée par la musique de chambre.

Ce coffret reprend donc l’intégralité de leurs enregistrements, de leurs débuts amateurs sur Respond, le label de Paul Weller, à leurs derniers titres instrumentaux sortis sur leur propre label, Dead Good Dollys Platters, en passant par des reprises, véritables témoins de leurs multiples influences (« Femme fatale » du Velvet Underground, « Rainbow valley » de The Love Affair…).

Dolly Mixture disparaîtra ainsi, discrètement, ses membres s’investissant dans d’autres formations toutes aussi anonymes (à part peut-être Birdie pour Debsey Wykes) mais restera le sujet d’un mythe vivace entretenu notamment par le groupe britannique Saint Etienne et le japonais Cornelius.

Voir dans le catalogue

 

Pour découvrir d’autres groupes féminins de la même époque, écoutez la compilation « Sharon signs to Cherry Red : independent women, 1979-1985« 

Partager cet article

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *