CRIN-CRIN

Les aventuriers de l’archet retrouvé

- Modifié le 17/03/2017 par Département Musique

A l'occasion de la parution de l'excellent "21st century violin concertos", petite et rapide rétro de la création moderne et contemporaine pour violon et orchestre...

 

La création contemporaine n’a pas été particulièrement généreuse avec le répertoire concertant pour violon, la forme et l’instrument ayant peut-être payé pour leur connotation typiquement romantique.
Le sublime concerto de Berg  A la mémoire d’un ange  (1936) est sans doute le dernier chef-d’oeuvre d’un genre que peu de suivants ont abordé avec tant de réussite après-guerre.

Alban Berg

 

Berg fut d’abord réticent à l’idée d’écrire un concerto pour violon, forme qu’il assimilait à l’expression d’une virtuosité et d’une sentimentalité surannées.

Pourtant, l’amicale -et lucrative- proposition d’un violoniste américain le fit changer d’avis. Il composa alors son concerto, pièce dodécaphonique mais d’une poignante expressivité, un tour de force et d’adresse, à même d’exaucer son voeu d’engager la « nouvelle musique » hors de la stricte spéculation musicale.

Voir aussi cet article  richement documenté sur le Concerto de Berg.

D’autres compositeurs, moins -ou autrement- soucieux de révolutionner le langage musical, écrivirent à la même période des pièces notables pour violon et orchestre. On pense aux concertos de Bartok, Barber, Khatchatourian ou Stravinski…

Mais après 1945, la musique savante, prise d’un ouragan de radicalité, semble dédaigner l’exercice.

Pour autant, Dutilleux, Holliger ou Ligeti, exemples aussi dissemblables que remarquables, parmi quelques autres, ont su donner au concerto pour violon des ambitions et des sonorités inédites :

 

L’oreille curieuse pourra aussi fureter, dans des esthétiques diverses :  minimaliste chez John Adams, néo-romantique chez Alfred Schnittke ou plus résolument moderne chez Unsuk Chin…

Ces références, et quelques dizaines d’autres forment l’essentiel d’un corpus « contemporain » pour violon et orchestre.

Et voici qu’aujourd’hui l’archet magistral de Renaud Capuçon sort des sentiers battus du répertoire, pour offrir d’un coup 3 créations (Rihm, Dusapin et Mantovani) qui font un nouveau présent à la littérature pour violon et orchestre.

Wolfgang Rihm avait déjà abordé le concerto pour violon, notamment avec  Gesungene Zeit, créé en 1992 au disque par Anne-Sophie Mutter, et couplé avec le concerto de Berg. Sa nouvelle pièce, d’un seul tenant, semble encore faire écho au voisinage de Berg. On y trouve des accents qui vont parfois jusqu’à la quasi-citation. Mais Gedicht der Malers n’atteint pas ce vertige tragique, la pièce se présente plutôt comme une rhapsodie scintillante, au clair-obscur flatteur, une gourmandise sonore à la mélancolie raffinée..

Avec  Aufgang, le grand œuvre de ce disque, Pascal Dusapin dessine un vaste mouvement de rapprochement et d’enlacement du soliste et de l’orchestre. Dans une perpétuelle tension dramatique qui ne sacrifie pas au spectaculaire, l’œuvre en 3 mouvements réinvente le motif classique du concerto. Le lyrisme chantant du violon y recherche la clarté au travers d’une nuit orchestrale qui s’ouvre peu à peu à ses appels… Aufgang est une œuvre captivante et magistrale, conduisant l’auditeur dans un dessein musical qui se révèle à l’oreille en même temps qu’il l’envoûte.

Enfin dans  Jeux d’eau , Bruno Mantovani jette le violon dans un éblouissant lacis démonstratif et virtuose. L’instrument vibrionnant y pérore et sinue entre des blocs, nappes ou tourbillons d’orchestre. Physique et spectaculaire, irrésistible.

Entre colorisme, dialectique et course-poursuite en musicoscope, voici donc 3 facettes d’un genre renouvelé, que le violon ultrasensible et souverain de Renaud Capuçon sert à la perfection, histoire de s’assurer que le vénérable concerto pour violon est encore bien vivant.

Partager cet article

Poster un commentaire

Une réflexion au sujet de « Les aventuriers de l’archet retrouvé »

  1. LMC dit :

    Article très intéressant et merci pour ses vidéos très envoûtantes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *